Musées, cinémas, salles de spectacle : le Pass sanitaire indispensable dans les lieux culturels recevant plus de 50 personnes à partir de mercredi

Ce changement, qui s'applique à partir du mercredi 21 juillet, est entériné par un décret paru au Journal officiel, distinct du projet de loi présenté lundi par le gouvernement.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pass sanitaire contre la Covid-19 devra être présenté dans un certain nombre de lieux pouvant accueillir 50 personnes dès le 21 juillet (DANA TENTEA / HANS LUCAS)

Le pass sanitaire contre la Covid-19 devra être présenté dans un certain nombre de lieux pouvant accueillir 50 personnes, comme des salles de cinéma, de spectacle ou des musées, selon un décret paru mardi 20 juillet au Journal officiel, qui entrera en vigueur mercredi 21 juillet.

Un pass sanitaire dans les lieux de plus de 50 personnes

Cette mesure figure dans un décret paru mardi au Journal officiel, qui abaisse à 50 personnes (contre 1.000 auparavant) la jauge dans les lieux soumis au pass sanitaire.

Ce dernier sera exigible dans les lieux de culture (cinémas, musées, théâtres...) à partir de mercredi. Et contrairement au public qui y accède, les salariés qui travaillent dans ces endroits devront garder le masque pour l'instant, a précisé le ministère du Travail.

Fin du masque dans les lieux soumis au pass sanitaire

"Là où il y a le pass sanitaire" anti-Covid-19, les personnes "pourront enlever le masque", "sauf contrordre des préfets dans les départements en fonction de la situation épidémique", a déclaré mardi sur RTL le ministre de la Santé, Olivier Véran, avant le début de l'examen de la loi au Parlement dans la journée.

Selon lui, le masque ne s'y impose plus car le pass sanitaire implique "qu'on est sûr que toutes les personnes qui rentrent sont vaccinées complètement ou ont un test très récent qui est négatif".

"Le port du masque peut toutefois être rendu obligatoire par le préfet de département lorsque les circonstances locales le justifient, ainsi que par l'exploitant ou l'organisateur", nuance le décret.

Une 4e vague redoutée

Sous l'effet du variant Delta, plus contagieux, l'épidémie repart en France, à tel point que l'exécutif parle désormais d'une quatrième vague. 

Au niveau national, la moyenne quotidienne des nouveaux cas sur les 7 derniers jours est supérieure à 8.000, contre seulement 1.850 fin juin. "On est entre 100 et 130% d'augmentation sur une semaine", a indiqué Olivier Véran. Le gouvernement craint que cette hausse, qui touche essentiellement les jeunes pour l'instant, finisse par s'étendre aux personnes âgées ou fragiles non vaccinées et entraîne une hausse des hospitalisations. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.