Cet article date de plus de dix ans.

Morgan Sportès remporte le prix Interallié 2011

Son livre "Tout, tout de suite" (Fayard) s'inspire de l'affaire du gang des barbares qui s'est produite en 2006.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Morgan Sportès présente son roman "Tout, tout de suite" (Fayard), le 16 novembre 2011. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

L'écrivain Morgan Sportès a remporté le prix Interallié 2011 pour son livre Tout, tout de suite, aux éditions Fayard, un roman-enquête sur l'affaire du gang des barbares en 2006. Ce prix littéraire est attribué par des journalistes à un confrère.

Pourtant écarté dans un premier temps par le jury, le livre a obtenu six voix au troisième tour contre trois à Stéphane Hoffmann pour Les Autos tamponneuses (Albin Michel) et deux à Delphine de Vigan pour Rien ne s'oppose à la nuit (JC Lattès). Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, Morgan Sportès a déjà reçu en 2006 le prix Renaudot des lycéens pour Maos.

"C'est un symptôme social que je décris, et non un fait divers" a expliqué l'écrivain à propos de son ouvrage, ajoutant que son livre était "un livre politique". Avec ce roman-enquête sur le gang des barbares, l'écrivain s'inscrit dans la "non fiction novel", école américaine alliant construction dramaturgique et faits réels.

Une affaire sordide

Début 2006, le jeune Ilan Halimi, supposé riche par ses ravisseurs parce que juif, est enlevé, séquestré, torturé pendant 24 jours et assassiné par une bande d'une vingtaine de jeunes, menée par Youssouf Fofana.

"Pendant deux ans, j'ai reconstitué leur crime dément, sans juger, mais sans excuser", a décrit Morgan Sportès lors de la sortie du livre. Pour ce faire, l'auteur a interrogé les enquêteurs, le juge d'instruction et même dialogué par courrier avec des membres du gang. 

Le romancier a annoncé qu'il avait donné son accord pour un film tiré de son livre. Il devrait être réalisé par Richard Berry. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.