Des souliers aux baskets : l'évolution d'un style

De Marie-Antoinette et son soulier de 21 cm aux baskets assumés d'aujourd'hui... Le musée des arts décoratifs à Paris met à l'honneur un accessoire de mode et une histoire parfois méconnue : celle de la chaussure.

FRANCE 2

Être bien dans ses pompes... Aujourd'hui, il y a des chaussures pour tous les styles, pour tous les âges. Et le maître mot, c'est le confort. Si aujourd'hui chacun trouve sneaker à son pied, il n'en a pas toujours été ainsi. En 1792, Marie-Antoinette portait un soulier de 21 cm de long et 5 cm de large, qui correspond à une pointure 33, loin de celle d'une femme de 37 ans. Comment son pied pouvait-il rentrer ? "L'aristocratie ne marchait pas. Le soulier était plutôt un objet qui devait clamer la haute position sociale. Et il y avait un réel culte du petit pied en France entre le XVIIe et le XIXe siècle", explique Denis Bruna, commissaire de l'exposition au musée des arts décoratifs de Paris.

"L'aristocratie a adopté le talon pour confirmer leur soi-disant supériorité"

À cette époque, on se met aussi à porter des talons, les femmes comme les hommes. "L'aristocratie a adopté le talon pour confirmer leur soi-disant supériorité", raconte Denis Bruna. La chaussure est aussi un objet de désir. Jusque dans les années trente, les prostitués portaient des bottes très hautes aux lacets infinis. Aujourd'hui, c'est la grosse basket qui est tendance.

Une évolution à découvrir au Musée des Arts Décoratifs à Paris jusqu'au 23 janvier 2020. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des produits Le Coq Sportif lors d\'une présentation à New York (Etats-Unis). 
Des produits Le Coq Sportif lors d'une présentation à New York (Etats-Unis).  (PETER KRAMER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)