Haute couture automne-hiver 2024-25 : Chanel sans Virginie Viard, Iris van Herpen version arty, Jean Paul Gaultier version Courrèges

La semaine de la haute couture parisienne, habituellement prévue début juillet, se tient, cette saison, exceptionnellement à de nouvelles dates - du 24 au 27 juin - en raison des Jeux Olympiques de Paris, immédiatement après la semaine de la mode masculine printemps-été 2025.
Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 6 min
Chanel haute couture printemps-été 2024 à Paris, le 23 janvier 2024 (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Immédiatement après la semaine de la mode masculine printemps-été 2025, c'est dans un Paris - très fébrile politiquement à la veille des élections législatives et des prochains Jeux Olympiques - que s'ouvre la semaine de la haute couture automne-hiver 2024-25 - du 24 au 27 juin - où sont inscrites 29 maisons.

Après des éditions 2022 à New York  et 2023 à Londres, l'édition 2024 du Vogue World, le 23 juin au soir place Vendôme, a signé le coup d'envoi de cette semaine de la haute couture. On a assisté à "un mélange de défilé de mode, d'animations et de performances" avec "un hommage aux cent ans de mode française, depuis les derniers JO parisiens 1924", comme l'avait annoncé Anna Wintour, Chief Content Officer de Condé Nast. Vogue World : Paris a mis en lumière le siècle dernier de la mode française en associant chaque décennie à un sport emblématique avec des créations (Balenciaga, Chanel, Dior, Givenchy, Hermès, Jacquemus, Lacoste, Louis Vuitton, Marine Serre, Rabanne...) présentées lors du défilé y compris des looks d'archives recréés pour la première fois. Le tout parsemé d'intermèdes musicaux et de tableaux sportifs. Grandiose !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vogue France (@voguefrance)

 Jean Paul Gaultier designé par Courréges

Depuis 2020, Jean Paul Gaultier invite chaque saison un jeune créateur à faire une collection haute couture pour lui. Après Olivier Rousteing, Julien Dossena et Simone Rocha, c’est au tour de Nicolas Di Felice, directeur créatif de Courrèges, de prendre en main la haute couture de Jean Paul Gaultier.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @jeanpaulgaultier

Autre membre labellisé, Julien Fournié, lui, déserte le calendrier officiel pour une présentation de sa collection capsule Last Queen lors d'un événement au musée Grévin. Du côté des membres invités, on note le retour de Charles de Vilmorin et de Thom Browne. La journée d'ouverture, chacun des huit couturiers qui défile est d'origine étrangère - successivement américain, néerlandais, libanais, italien, indien, américain, espagnol et italien - même si certains créent pour une maison d'origine française. Tout comme Ardazaei, nouveau membre invité qui clôt la semaine. Fondée par la directrice suédo-iranienne Bahareh Ardakani et son partenaire à Stockholm en 2018, cette maison - qui a fait ses débuts en haute couture en 2022, ouvrant son atelier à Paris peu après, - s'inspire, entre autres, de la gemmologie.

Et comme à l'accoutumée plusieurs maisons de joaillerie - Boucheron, De Beers, Hermès, Messika, Mikimoto, Anna Hu - présentent leurs pièces d’exception qui font intervenir les métiers de designers, joailliers, sculpteurs sur cire, lapidaires, sertisseurs et polisseurs.

Chanel sans Virginie Viard

La maison Chanel - qui a annoncé très récemment le départ de sa directrice artistique, Virginie Viard, qui avait succédé à Karl Lagarfeld à sa mort en 2019 - présente comme prévu le 25 juin à l'Opéra Garnier sa collection haute couture hiver 2024-25 en attendant "une nouvelle organisation créative pour la maison qui sera annoncée en temps voulu". Mais ce défilé n'est pas signé par la directrice partante, c'est une collection présentée par le studio.

Pendant ses cinq années pour créer les collections Chanel, les ventes de la maison ont atteint des sommets, avec un record de 20 milliards de dollars en 2023, avec une hausse de 14,6%. Son travail, que ce soit dans le prêt-à-porter ou en haute couture, a toutefois été décrié dans le milieu de la mode pour son design parfois hasardeux ou un manque de prise de risques. Son départ signe la fin de l'époque Lagerfeld et le microcosme de la mode bruisse de rumeurs sur l'identité de celui ou celle qui sera nommé à ce poste, l'un des plus prestigieux et exigeant.

L'hybrid art installation d'Iris van Herpen

Le défilé d'Iris van Herpen qui a lieu au premier jour de la semaine de la haute couture automne-hiver 2024-25 représente une évolution significative dans son travail. Cette présentation unique dévoilera une installation artistique hybride immersive, marquant un changement profond dans sa trajectoire artistique en élargissant ses visions dans l'espace tout en poursuivant son travail corporel.

Cette installation se distingue d'un défilé de mode traditionnel et fusionne les mondes de la mode et de l'art, mettant en valeur la progression naturelle de son approche interdisciplinaire.

L'absence de Valentino  

En mars, Valentino a annoncé l'annulation de ses défilés masculins et haute couture de juin suite au départ de Pierpaolo Piccioli. La maison romaine avait créé la surprise en annonçant le départ du styliste de 56 ans, qui occupait depuis 2016 le poste de directeur créatif. L'Italien Alessandro Michele, qui avait quitté Gucci en 2022, va prendre la direction créative. La première collection du styliste de 51 ans sera présentée lors de la semaine de la mode féminine présentant le printemps-été 2025, qui se tiendra du lundi 23 septembre au mardi 1er octobre 2024 à Paris.

Fondée à Rome en 1960 par Valentino Garavani, la société Valentino est une maison de luxe italienne reconnue à l'échelle internationale, avec un réseau de 211 magasins dans plus de 25 pays. En juillet 2023, le groupe de luxe Kering avait annoncé l'acquisition d'une participation de 30% dans Valentino, avec une option pour acquérir 100% de la maison de couture italienne d'ici 2028.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valentino (@maisonvalentino)

L'incubateur La Main, creuset de créativité et d'artisanat

Domaine d'excellence, la haute couture est destinée à une clientèle fortunée et demeure le fruit du travail des créateurs mais aussi de leurs précieux collaborateurs qui ont su transmettre des savoir-faire séculaires tout en innovant. Étant avant tout le travail de petites mains, il est important de signaler que rue de Réaumur se dresse désormais La Main, récemment dévoilé par LVMH Métiers d'Art. Restaurée par l'architecte Clément Lesnoff-Rocard, cette structure industrielle a été réimaginée comme un creuset pour la créativité et l'artisanat.  

"Le nom du bâtiment, La Main, a été choisi comme symbole des mains habiles qui donnent vie aux métiers d'art LVMH dans le monde entier - des mains qui tannent, tissent, sculptent, cousent et façonnent l'avenir du luxe. Mais c'est aussi un symbole profond de l'identité collective du groupe : chaque métier conserve son histoire et son caractère distincts mais acquiert une force et un but incommensurables lorsqu'il est considéré comme faisant partie d'un tout, uni comme les doigts d'une main, qui individuellement excellent mais créent ensemble une entité bien plus grande que leur somme. Ce lieu incarne notre conviction que lorsque des artisans d'horizons variés et d'expertises différentes partagent un espace commun avec des créatifs, le potentiel de concepts révolutionnaires devient illimité" a expliqué le PDG Matteo de Rosa.

"Ce bâtiment symbolise l'engagement de LVMH métiers d'arts en faveur de l'artisanat dans chaque création (...) Ce showroom est un lieu de rencontres, d'échanges, de recherches et de travail (...) C'est là que les idées naissent ; ici que les produits de luxe sont imprégnés d'un caractère distinctif" a ajouté Jean Baptiste Voisin, Directeur de la Stratégie du Groupe LVMH et Président de LVMH métiers d'arts. 

L'incubateur La Main à Paris, 2024 (PIERCARLOQUECCHIA / DSL STUDIO)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.