Cet article date de plus de deux ans.

Le Palais Galliera fermera pour travaux le 16 juillet, jusqu'en décembre 2019

Le Palais Galliera ferme temporairement ses portes du 16 juillet 2018 à décembre 2019 pour la création de nouvelles galeries d’exposition. Le musée de la mode de la Ville de Paris, qui propose depuis 1977 des collections temporaires, deviendra ainsi l'unique musée permanent de mode en France.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Palais Galliera depuis les jardins
 (JAVIER GIL / ONLY FRANCE)
Grâce au soutien de la Maison Chanel, mécène exclusif de ce projet, le Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, entame une campagne de travaux qui lui permettra de doubler ses espaces d’exposition. Ces nouvelles galeries porteront le nom de Gabrielle Chanel.

Aménagées dans les caves voûtées en briques rouges, sur une  superficie de 670 m², elles pourront accueillir tantôt de grandes expositions temporaires déployées sur les deux niveaux ou une présentation des collections permanentes, au travers d’oeuvres choisies parmi les 200 000 pièces du musée - vêtements, accessoires, photographies et arts graphiques du XVIIIe siècle à nos jours.

Le Palais Galliera deviendra ainsi le premier musée de mode exposant sa collection permanente en France. 

La maîtrise d’oeuvre de cette restructuration est confiée à l’architecte Dominique Brard, Atelier de l’Île. Le projet comprend la création d’un atelier pédagogique, d’une librairie-boutique et d’un salon de thé saisonnier en extérieur. 

Exposition Martin Margiela, les derniers jours

Il reste quelques jours encore pour découvrir "Margiela / Galliera,1989-2009", la première rétrospective consacrée au créateur belge Martin Margiela qui s’inscrit dans le cadre de la "Saison Margiela 2018 à Paris". 130 silhouettes, vidéos de défilés, archives et installations retracent de 1989 à 2009, le travail du créateur sans visage, qui n'a jamais accepté d'interview mais bouleversa la conception de la mode.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.