"Hermès à tire-d'aile" met à l'honneur Leïla Menchari, créatrice des vitrines de la marque de luxe

L'exposition se tient au Grand Palais, à Paris, jusqu'au 3 décembre. L'occasion de redécouvrir huit décors créés par celle qui a imaginé les vitrines d'Hermès pendant 35 ans.

Une vitrine de l\'exposition \"Hermès à tire-d\'aile\".
Une vitrine de l'exposition "Hermès à tire-d'aile". (Hermès - Benoît Teillet)

Elle est désormais à la retraite, mais de 1978 à 2013, Leila Menchari a imaginé les décors des célèbres vitrines de la maison parisienne Hermès. Elle n'aura jamais raté un seul lever de rideau pendant 35 ans : ce cérémonial où quatre fois par an, au 24 de la rue du Faubourg Saint-Honoré, on dévoile les nouvelles vitrines. A 90 ans, Leila Menchari est de retour, mais cette fois-ci, au Grand Palais, pour l'exposition qui est consacrée à ses décors : "Hermès à tire-d'aile".

L'exposition Hermès au Grand Palais : reportage de Sophie Auvigne
--'--
--'--

Huit vitrines sont exposées au total. Des décors faits pour "rêver", insiste la créatrice : "On ne vient pas vendre, moi je n'ai jamais vendu chez Hermès. Tout ce que vous voyez là a été fait pour ne pas être vendu."

Ce sont des pièces uniques que j'avais demandé pour mes décors. C'est ça, le luxe que j'avais chez Hermès.Leila Menchari, ancienne créatrice des vitrines d'Hermèsà franceinfo

Elle n'a oublié aucun de ses décors, qu'elle appelle affectueusement ses "enfants". Pourtant, il a bien fallu sélectionner : "Je les ai mis tous en rang d'oignons, et j'ai dit : celui-là, celui-là et celui-là", sourit cette femme déterminée.

Un "personnage" de la maison Hermès

Leila Menchari était une jeune fille quand elle est arrivée de Tunis à Paris, après-guerre. Elle entre chez Hermès en 1961, puis voit grandir les enfants du PDG, comme Pierre-Alexis Dumas, aujourd'hui directeur artistique du groupe, qui se souvient d'elle comme l'un des "personnages" de la maison. "Tous ces gens-là, je les voyais avec des yeux d'enfants, ils me faisaient rêver," se souvient-il.

Il a retrouvé des vitrines qu'il connaissait, comme "le cheval d'acier de Christian Renonciat, un sculpteur et ami. Je me souviens à quel point cette vitrine m'avait impressionné. Arriver comme cela à contraster l'acier rivé et le cuir ! Ce cheval, à la fois guerrier et finement construit, cela m'a fait un choc de le retrouver là."

Je ne sais plus quand cette vitrine avait été conçue, mais d'un seul coup, la distance du temps s'est évanouie. C'était vraiment comme retrouver la belle émotion que j'avais ressenti à l'époque.Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique d'Hermèsà franceinfo

Ce cheval fait donc partie des décors reconstitués à quelques encâblures de la rue Saint-Honoré, toujours entouré de sacs en cuir, Kelly, Birkin, ou autres bolides. L'exposition "Hermès à tire-d'aile" est à voir jusqu'au 3 décembre au Grand Palais. L'entrée est libre.