Fashion Week : le créateur géorgien Demna Gvasalia rend un vibrant hommage à l'Ukraine au défilé Balenciaga

"Vive l'Ukraine, pour la beauté, la force, la vérité, la liberté" : en ukrainien, Demna Gvasalia a récité une poésie datant de 1917 au début et à la fin de son défilé.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les sièges recouverts du drapeau ukrainien, au défilé Balenciaga du créateur géorgien Demna Gvasalia, à la Fashion week de Paris, le 6 mars 2022. (facebook.com/Demnagvasaliadaily)

Des T-shirts bleu et jaune, aux couleurs du drapeau ukrainien, étaient posés sur chaque siège avec une note au défilé signée par Demna  Gvasalia, le créateur géorgien de Balenciaga et lui-même réfugié d'une guerre avec la Russie. Il a rendu dimanche 6 mars un vibrant hommage à l'Ukraine dans un défilé au Bourget en Seine-Saint-Denis au nord de Paris.

Flocons et épaisse neige

"Vive l'Ukraine, pour la beauté, la force, la vérité, la liberté" : en ukrainien, Demna  Gvasalia a récité une poésie de 1917 dans le noir, en introduction et conclusion de son défilé automne-hiver 2022-23, et a expliqué pourquoi il a maintenu l'événement en ces temps où "la mode perd son droit d'exister" et "la Fashion Week semble absurde".

Les mannequins femmes et hommes, séparés du public par les parois transparentes d'un pavillon du parc des expositions du Bourget, ont défilé en cercle sous les flocons et sur une épaisse neige à une allure saccadée, en posant bien le pied pour ne pas glisser. De l'autre côté de la paroi, il faisait très froid en attendant le défilé qui a commencé, comme bien souvent dans la mode, avec du retard. Des spectateurs ont alors revêtu les T-shirts ukrainiens.

"Je suis devenu un réfugié pour toujours"

Des tenues noires et des sacs à dos évoquant des sacs poubelle ont ouvert le défilé. Certains hommes étaient à moitié nus portant des boxers et des baskets, les jambes non couvertes, extrêmement vulnérables sous la neige. Un homme en total look jaune et une femme en robe bleue aérienne et traîne ont clôturé le défilé.

"La guerre en Ukraine a réveillé la douleur et les traumatismes que j'avais en moi depuis 1993, lorsque que la même chose est arrivée dans mon pays natal et que je suis devenu un réfugié pour toujours", écrit Demna. "J'ai pensé par moments à annuler le show pour lequel moi et mes équipes ont travaillé dur (...) Mais je me suis rendu compte qu'annuler le défilé reviendrait à se rendre, à se résigner face au mal qui m'a déjà tellement blessé pendant près de 30 ans". "Le défilé n'a pas besoin d'être expliqué. Il est dédié au courage, à la résistance et à la victoire de l'amour et de la paix", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fashion Week

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.