La Paris Fashion Week masculine hiver 2021-22 : l'épreuve du feu pour de jeunes créateurs dont le Français Louis Gabriel Nouchi

Parmi les 68 créateurs inscrits à la Paris Fashion Week masculine automne-hiver 2021-22 de jeunes marques ou labels - souvent inconnus du public mais dont certains ont de l'expérience - foulent les podiums pour la première fois, comme le créateur français Louis-Gabriel Nouchi.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Collection automne-hiver 2020-21 Louis-Gabriel Nouchi (à droite), le créateur Louis Gabriel Nouchi (à gauche)  (Horst Diekgerdes (pour la collection ah 2020-21))

68 créateurs sont inscrits au calendrier de la Fédération de la haute couture et de la modeA côté des griffes établies (Homme Plissé Issey Miyake, Walter Van Beirendonck, Louis Vuitton, Yohji Yamamoto, Dior Homme, Paul Smith…), une nouvelle génération de créateurs rejoint chaque saison le calendrier officiel de la Paris Fashion Week masculine.  

Pour l'automne-hiver 2021-22, quatre marques intègrent pour la première fois ce calendrier. Il s'agit de LGN Louis-Gabriel Nouchi (France / 2017), Kolor (Japon / 2004) ,Taakk (Japon / 2013) et Wales Bonner (Grande-Bretagne / 2015). Parfois inconnues du public, elles ont pourtant de l'expérience et déjà remporté des prix.  

Louis Gabriel Nouchi trouve l'inspiration dans Camus, Kafka...

En 2009, le Français Louis-Gabriel Nouchi entre à l'école de mode de La Cambre à Bruxelles. En 2014, finaliste du Festival de Hyères, le créateur français est repéré par Les Galeries Lafayette qui lui proposent de présenter une capsule automne-hiver 2015-16Sa marque LGN, fondée à Paris en 2017, propose une vision contemporaine d’une nouvelle élégance. Lecteur passionné depuis son enfance, chaque collection est un hommage à un livre, un écrivain, qui a forgé son regard sur le monde. 

Ce premier défilé dans le calendrier de la PFW, le créateur l'appréhende avec beaucoup de sérénité : "Nous faisions déjà des défilés lorsque nous étions dans le calendrier des présentations. Nous avons donc eu le temps de nous entourer des bonnes personnes avec qui nous travaillons sur tous ces projets. Nous avons eu le temps également de nous structurer en interne pour être à l'aise avec ce type d’événement, qui représente un grand moment de joie pour toute l’équipe. Ce moment marque vraiment la fin de la collection". 

Vu le contexte sanitaire actuel, pas question d'accueillir du public : "nous voulions travailler avec des équipe plus réduites pour que les conditions sanitaires soient respectées". Ce sera une performance de danse, live, chorégraphiée par Sohrab Chitan au Palais de Tokyo ce 20 janvier. Pour sa collection automne-hiver 2021-21, le créateur puise son inspiration dans le roman de Franz Kafka Le Procès. "Nous avions déjà réalisé une vidéo montrant une lecture des extraits de l’étranger d’Albert Camus pour la collection printemps-été 2021. Nous étions ravis de pouvoir présenter autre chose et montrer notre soutient vis à vis du monde culturel, qui comme nous est très touché par cette crise sanitaire". 

Une année 2020 lors de laquelle Louis-Gabriel Nouchi a du s'adapter. Ainsi en avril 2020, il a participé avec Mansour Martin, Alexandre Blanc, LATER… et Mossi au projet Utopies Nouvelles car "ce que nous vivons crée de nouvelles perspectives, de nouvelles utopies", expliquaient alors ces créateurs sur Instagram. 

"La recherche de nouveaux partenaires et la volonté de pouvoir montrer les vêtements autrement nous ont guidé. Cela nous a donné un nouvel élan pour communiquer autrement et ramener de la sensibilité dans toutes ces images et vidéos que nous produisons. Nous rapprocher de nos clients et mieux incarner notre idéal ont été également au coeur de nos réflexions. Nous avions déjà mis en place un circuit de produits courts avec des tissus italiens, français et une fabrication au plus proche de notre studio, ce qui nous a rendu très agile et adaptable". 

L’ouverture de son store parisien au 4 rue Oberkampf en septembre 2020 a également marqué un tournant : "Nous disposons d’un espace global pour présenter notre univers. Dès que les conditions le permettront, nous voulons vraiment que ce lieu soit un espace de vie et de rencontre entre plusieurs médias avec pour pilier central la littérature". Le créateur, connu aussi pour son approche upcycling, prévoyait au moment de l'ouverture "de lancer des capsules exclusives rebirth... avec des tissus upcycling ou left-over (ndlr, ce qui reste) de notre production, modernisées par de nouvelles teintures." 

La Londonienne Grace Wales Bonner et les Japonais Kolor et Taak

Outre Louis-Gabriel Nouchi, trois autres créateurs étrangers intègrent pour la première fois ce calendrier. Portraits de ces griffes souvent méconnues du public. 

Grace Wales Bonner est l'une des créatrices londoniennes les plus prometteuses, explorant dans sa marque éponyme l'identité masculine noire avec des looks qui ont tapé dans l'oeil de célébrités comme Meghan Markle. Diplômée de l'école londonienne Central Saint Martins, en 2014, sa collection de fin d'études, baptisée "Afrique" a remporté le L'Oréal Professionnal Talent Awards. Sa première collection automne-hiver 2015, "Ebonics", a été acclamée par la critique. Elle 2015, elle reçoit le prix de meilleure jeune talent collections homme aux Fashion Awards, les récompenses de la mode britannique. En 2016, ce sera le prix LVMH 2016 du jeune créateur. Elle avait présenté une collection évoquant le couronnement en 1930 de l'empereur d'Éthiopie Haïlé Sélassié, avec des vêtements ornés de broderies ou dotés de détails au crochet. Elle a aussi reçu The Fashion Awards 2020.

Né en 1965, Junichi Abe est diplômé du Bunka Fashion College à Tokyo. Il a participé au lancement de Junya Watanabe Comme des Garçons, qu'il quittera cinq ans plus tard pour lancer la marque PPCM avec trois autres créateurs. L'aventure dure 10 ans. En 2004, Junichi Abe créé sa marque Kolor et lance la première collection pour hommes et femmes en 2005. Son objectif : produire une pièce avec le meilleur équilibre entre tissu, motif et prix.

Diplômé du Bunka Fashion College, le designer Takuya Morikawa a, quant à lui, fondé Taakk en 2013 après avoir travaillé comme designer chez Issey Miyake pendant près d'une décennie.

La Fédération, soutient constant à la jeune création 

Par ailleurs, la Fédération de la haute couture et de la mode apporte son soutien à la jeune création en proposant depuis janvier 2020, dans son showroom Sphère, des marques sélectionnées pour leur créativité et leur potentiel de développement. Cette saison, il accueille Arturo Obegero, Blue Marble, Boramy Viguier, Christoph Rumpf, Egonlab, LGN Louis-Gabriel Nouchi, Mansour Martin et Rier.

Peu connus du public, ces jeunes créateurs sont cependant très actifs. Exemple, en février 2020 Sphère accueillait le sud-africain Thebe Magugu qui sera bientôt l'invité d'une exposition au Bon Marché Rive Gauche (27 février au 18 avril). Porte-Bonheurs mettra à l’honneur les lucky charms, gri-gris, porte-bonheurs, symboles et jeux de fortune. Figure montante de la mode, prix LVMH 2019, le créateur sud-africain Thebe Magugu est un designer impliqué dans la cause des femmes et des enfants des townships de son pays. Pour l'exposition, il imagine une installation philanthropique autour d’une fleur-talisman, une broche brodée, afin de soutenir l'association humanitaire Dessine l'Espoir, qui vient en aide aux populations vulnérables d'Afrique australe. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.