Kenzo, une mode mixte et portable par le styliste Nigo à la Paris Fashion Week

C'est sa première collection pour la maison Kenzo, mixte, colorée et très portable, au dernière jour de la Paris Fashion Week.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Modèle du défilé Kenzo hiver 2022-23 hommes, par Nigo, à la Paris Fashion  Week, le 23 janvier 2023.  (ESTROP / GETTY IMAGES EUROPE)

Le Japonais Nigo, connu dans le monde du "streetwear", a présenté dimanche à Paris sa première collection pour la maison Kenzo, mixte, colorée et très portable, au dernière jour de la Fashion Week homme à Paris. Ensemble en jean fleuris, vestes d'aviateurs, bombers, costumes à carreaux décontractés, salopettes, robes fleuries patchwork : la riche collection avec des silhouettes "non-genrées" mêlant des influences américaine, britannique et japonaise et accessoirisée avec un béret très parisien a défilé à la Galerie Vivienne, lieu symbolique pour la maison Kenzo.

"Traditions vestimentaires japonaises et occidentales"

 En 1970, l'année de la naissance de Nigo, le fondateur de la marque, Kenzo Takada, avait présenté son défilé inaugural dans ce passage couvert construit en 1823 avec le sol de mosaïque d'époque, où était installée sa boutique Jungle Jap. "Nigo et Kenzo Takada partagent le même langage culturel de synthèse entre les traditions vestimentaires japonaises et occidentales et surtout la même attitude envers la mode: tout ce que vous voyez sur un podium doit se porter dans la vraie vie", souligne la maison dans la note d'intention du défilé.

Kenzo, maison appartenant à LVMH et fondée par le Japonais Kenzo Takada, mort du Covid en octobre 2020 dernier, avait mis fin au printemps dernier au contrat avec le styliste portugais Felipe Oliveira Baptista, créateur d'un vestiaire poétique et nomade qui n'a pas connu de grand succès commercial.

Nigo, admirateur de Kenzo

Nigo, de son vrai nom Tomoaki Nagao, est célèbre dans le milieu du streetwear grâce à sa griffe A Bathing Ape. Il a lancé sa propre marque de vêtements à Tokyo en 1993 et a depuis signé de nombreuses collaborations avec de grands noms de la mode, notamment en 2020 une collection capsule avec Virgil Abloh, alors directeur artistique des collections masculines de Louis Vuitton, marque phare de LVMH.

Dans une récente interview au WWD, Nigo a raconté qu'il était un grand admirateur de Kenzo, mais n'avait au départ pas d'argent pour acheter ses créations. Après avoir rencontré le succès dans la mode, il a acquis des centaines de pièces dans les boutiques vintage qui ont fourni une inspiration à cette collection. Le célèbre imprimé coquelicot se décline ainsi sur plusieurs pièces. "J'ai été tellement impressionné par la connaissance qu'il avait de Kenzo Takada. Il a des archives que même nous n'avons pas", a pour sa part déclaré au WWD Sidney Toledano, PDG de LVMH Fashion Group, qui a choisi Nigo pour diriger la maison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fashion Week

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.