Des robes longues, des imprimés carreaux et des fleurs pour l'automne-hiver 2019-20

Coupes ajustées, robes longues, carreaux et fleurs mais aussi des chapeaux : la femme sera romantique et rétro. Voici quelques tendances repérées sur les podiums de la semaine du prêt-à-porter automne-hiver 2019-20 à Paris qui s'achève après neuf jours de shows du 25 février au 5 mars 2019.

Thom Browne ah 2019-20 à Paris, mars 2019
Thom Browne ah 2019-20 à Paris, mars 2019 (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Bye bye l'oversize

Finies les superpositions et les pièces oversize. Le ton est donné par Dior qui revisite ce qu'il y a de plus féminin - le New Look des années 1950 symbolisé par des vestes cintrées sur des jupes amples. La silhouette est allégée et moins bourgeoise, les jupes grises se portent avec des T-shirt sérigraphiés. "Cette fois, le thème de ma collection est de réduire la silhouette", a quant à lui déclaré à l'AFP Jonathan Anderson, styliste de Loewe, résumant la tendance générale. La ligne est élancée avec des vestes cintrées, manteaux trapèzes ou embrassant le corps. Chez Chloé, le chic parisien minimaliste est célébré avec des robes fluides qui mettent en valeur la taille ou des tailleurs pantalon qui évoquent les tenues de cavalières. Dans les tailleurs et manteaux de Dries Van Noten, inspirés des costumes masculins des années 1940-1950, les épaules sont larges mais les tailles sont soulignées par des ceintures.


Des robes longues

Chez Lanvin, la plus ancienne maison de couture française connue par ses petites robes noires, le nouveau styliste Bruno Sialelli a dessiné des robes longues et fluides de style boho chic (mélange d'influences bohémiennes et hippies) avec des imprimés aux visages féminins. L'Américain Virgil Abloh, star des millenials et roi du streetswear, a fait porter des robes à traine jaune et noire aux tops Karlie Kloss et Gigi Hadid pour sa marque Off-White. Ouvertes devant, la robe jaune est portée avec des escarpins et un sac de voyage de la même couleur et la robe noire avec des baskets blanches. Les robes noires graphiques du Japonais Yohji Yamamoto sont elles aussi très longues et près du corps, rappelant les vêtements du XIXe siècle. Certaines sont sublimées avec une main en tissu qui caresse le cou ou des mains entrelacées sur le dos.
Yojhi Yamamoto ah 2019-20 à Paris, mars 2019
Yojhi Yamamoto ah 2019-20 à Paris, mars 2019 (PIXELFORMULA/SIPA)

Celles d'une autre marque japonaise, Issey Miyake, sont fabriquées dans un tissu innovant aux couleurs du spectre lumineux. Des motifs en résine forment un effet de kaléidoscope et donnent une allure ondulante et onirique à la silhouette. 

Issey Miyake pap ah 2019-20, à Paris, mars 2019
Issey Miyake pap ah 2019-20, à Paris, mars 2019 (Ik Aldama / dpa Picture-Alliance)


Montrer ses jambes

Pour celles qui veulent montrer leurs jambes la solution est le mini-short ou le body. Chez Saint Laurent les shorts se portent avec des bottes à talon et des chapeaux ; chez l'Américain Rick Owens, le vestiaire est principalement composé de bodies portés fermés ou ouverts, censés symboliser la "confrontation sexuelle". Chez Balmain, un short culotte se glisse sous une robe transparente à clous, tandis qu'Y/Project l'intègre aux leggings bleu ciel ou transparents. 
Saint Laurent automne-hiver 2019-20, à Paris, en février 2019
Saint Laurent automne-hiver 2019-20, à Paris, en février 2019 (First View/Cover Images/SIPA)


Des carreaux et des roses 

La saison sera très riche en imprimés avec en tête d'affiche les carreaux : vichy, tartan, échiquier... L'iconique veste bar de Dior est en tartan et la cape en satin portée jadis avec des robes du soir est transformée en manteau de tous les jours, frangé à carreaux rouge-noir ou vert-noir. A la surprise générale, Hedi Slimane, roi du slim et du noir, a dessiné pour Celine une collection seventies avec abondance de jupes culottes à carreaux vichy. La top Bella Hadid a défilé pour Off-White en total look au motif échiquier jaune et gris composé d'une culotte, de bottes et d'un long manteau. La marque berlinoise Ottolinger propose des tailleurs décalés aux couleurs acides pour les millenials, en maille et à carreaux. L'avant-gardiste française Marine Serre accessoirise les ensembles à tartan avec des masques à gaz assortis. 
Marine Serre ah 2019-20, à Paris, février 2019
Marine Serre ah 2019-20, à Paris, février 2019 (PIXELFORMULA/SIPA)

L'automne et l'hiver prochains seront très fleuris. Dries Van Noten met à l'honneur la rose qui apparaît d'abord tel un collier sur une chemise grise, puis sur un col roulé lilas, sur des robes droites fluides avant de fleurir sur de longues doudounes noire et beige. Chez Rokh, les fleurs sont sur les robes, collants et cols roulés. Paco Rabane superpose les pièces à imprimé floral en y rajoutant des accessoires aux motifs animaliers.

Dries van Noten ah 2019-20, à Paris, février 2019
Dries van Noten ah 2019-20, à Paris, février 2019 (Thomas SAMSON / AFP)


Et des chapeaux

Côté chapeau, ce sera un bucket (un bob, ndlr)  inspiré de la culture alternative britannique des Teddy Girls pour la fille Dior, un chapeau cloche pour une allure raffinée évoquant le chic intemporel d'Audrey Hepburn chez Nina Ricci, un Gaucho (de type sud-américain) pour la working girl de Celine ou un fedora (feutre à large bord) pour Saint Laurent.  
Nina Ricci ah 2019-20, à Paris, mars 2019
Nina Ricci ah 2019-20, à Paris, mars 2019 (WWD/REX/Shutterstock/SIPA)