A La Fashion Week de Londres, Bora Aksu prône la couleur pour contrer le Brexit

A la Fashion Week de Londres, consacrée aux collections automne-hiver 2019-20 du 15 au 19 février, Bora Aksu a insufflé de la couleur pour contrer le Brexit, Victoria Beckham, elle, a cultivé l'esprit seventies tandis que Riccardo Tisci a dévoilé pour Burberry une collection bigarrée, mêlant streetwear, paillettes et corsets.

Dans les backstages de Bora Aksu ah 2019-20, à Londres, en février 2019.
Dans les backstages de Bora Aksu ah 2019-20, à Londres, en février 2019. (GettyImages)

Bora Aksu insuffle de la couleur pour contrer le Brexit

A six semaines de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le 29 mars, il eût été surprenant que le sujet du Brexit - qui cause de profonds bouleversements dans la société britannique - ne soit pas abordé lors du grand rendez-vous britannique de la mode.
 

Le Turc Bora Aksu a présenté une collection "optimiste" et "colorée" pour insuffler "un peu d'espoir" en ces heures "sombres", a-t-il expliqué à l'AFP, en faisant directement référence au Brexit. Résultat, la palette est claire, pastel, éthérée, presque estivale : blanc, beige, lilas, vert menthe, rose pêche. Les matières - dentelle, tulle et organza - sont légères, fluides ou vaporeuses. "Je crois qu'on a besoin de moins de noir et plus de couleurs, et, de manière générale, de plus d'espoir dans la vie", a déclaré le designer, basé à Londres.

Bora Aksu ah 2019-20, à Londres, en février 2019
Bora Aksu ah 2019-20, à Londres, en février 2019 (NIKLAS HALLE'N / AFP)

Selon une enquête du cabinet-conseils Fashion Roundtable, 96% des professionnels du secteur au Royaume-Uni ont voté pour rester dans le giron européen lors du référendum de juin 2016. Les créateurs redoutent un Brexit sans accord, synonyme d'un retour des formalités douanières. "Dans le contexte de Brexit, jamais le discours qui doit accompagner notre industrie créative n'a été aussi important", avait souligné Caroline Rush, directrice du British Fashion Council, organisateur de la Fashion Week, lors de la cérémonie d'ouverture le 15 février 2018. "Notre rôle est de continuer à interpeller (...) le gouvernement sur les besoins du secteur", a-t-elle développé, appelant au maintien de la libre circulation des biens, sans droits de douane ni contrôles.

Riccardo Tisci affirme son style streetwear chez Burberry

Baptisée "Tempête", la collection automne-hiver 2019-20 de Riccardo Tisci a été présentée dans une galerie de la Tate Modern, le musée d'art contemporain de la capitale britannique. Comme il est de coutume chez Burberry, les invités et les stars sont au rendez-vous, à commencer par l'Américaine Gigi Hadid. La mannequin vedette défile vêtue d'une mini-robe monochrome à col polo, sur laquelle le designer italier a juxtaposé un corset zippé à manches bouffantes. Déroutant pour les habitués de la marque, moins pour ceux qui ont vu le travail de l'Italien, un expert du streetwear de luxe chez Givenchy. Bombers pastel, vestes matelassées à cols XXL, robes décolletées et bardées de médailles argentées et manteaux à traînes longues... après un premier défilé remarqué en septembre 2018, Tisci affirme son style chez Burberry.
Burberry ah 2019-20, à Londres, février 2019
Burberry ah 2019-20, à Londres, février 2019 ( Vianney Le Caer/AP/SIPA)
"Pour la première collection, c'est un peu comme si j'avais commencé à écrire mes premières lettres, et que je m'attelais désormais à rédiger un livre en bonne et due forme", a-t-il confié à l'AFP. Riccardo Tisci n'a pas pour autant oublié les classiques de la marque, trench-coat en tête, mais renouvelés.
Burberry ah 2019-20, à Londres, en février 2019
Burberry ah 2019-20, à Londres, en février 2019 (Vianney Le Caer/AP/SIPA)

Victoria Beckham cultive l'esprit seventies

C'est sous les arcades de la Tate Britain, consacré à l'art britannique de 1500 à nos jours, que Victoria Beckham a présenté une collection d'inspiration retro. Dans l'assistance, on aperçoit la tribu Beckham, dont David, l'ancienne star du football anglais et époux de Victoria, assis à côté de la prêtresse de la mode, Anna Wintour. La spécialiste du chic et sobre, habituée des podiums new-yorkais, défilait pour la deuxième fois à Londres, après y avoir fêté en 2018 les dix ans de sa marque. "Le studio est basé ici, tout comme notre magasin phare, et j'avais envie de continuer à participer à la Fashion Week de Londres", a-t-elle expliqué dans The Guardian.
Victoria Beckham ah 2019-20, à Londres, février 2019
Victoria Beckham ah 2019-20, à Londres, février 2019 (WWD/REX/Shutterstock/SIPA)
A la culture seventies, Victoria Beckham emprunte les cols pelle à tarte, longs et effilés, portés avec des pulls jacquard près du corps et des jupes en tweed taille haute. Les pantalons, couleur tabac, amples et confortables, accompagnent des chemises à volants sophistiquées parcourues de quadrillages en pointillés. La créatrice britannique a également trouvé dans ses "archives" un motif de chaînes entrelacées dont elle pare de longues robes à chute évasée. La palette mêle esprit des années 70 (jaune absinthe, rouge carmin, déclinaisons de marron) aux couleurs du moment (lilas) et joue sur les contrastes (rose/noir ou blanc/bordeaux).