Michou, célèbre directeur de cabaret et figure de Montmartre, est mort à l'âge de 88 ans

Il s'est éteint dans son sommeil, a confirmé son attaché de presse à franceinfo. 

Michou s\'est éteint à l\'âge de 88 ans. 
Michou s'est éteint à l'âge de 88 ans.  (JOEL SAGET / AFP)

L'homme en bleu des nuits parisiennes s'est éteint. Michou, le célèbre directeur de cabaret de Montmartre, est mort à l'âge de 88 ans. Il est décédé dans son sommeil, a confirmé son attaché de presse François Deblaye à franceinfo, dimanche 26 janvier. Victime mercredi d'un malaise respiratoire, il était hospitalisé depuis et placé sous respirateur artificiel à l'hôpital de Saint-Mandé(Val-de-Marne). 

De son vrai nom Michel Catty, "Michou" Figure exubérante du "tout Paris" depuis les années 1960, Michou était né à Amiens (Somme) en 1931. Il "monte à Paris" à l’aube des années 1950, puis ouvre en 1956 son célèbre cabaret de la rue des Martyrs qui a accueilli tous les jours pendant plus de 60 ans célébrités et inconnus venus dîner devant le spectacle d'artistes transformistes reprenant les chansons des grandes stars de l'époque.

Inspirateur de La Cage aux folles

L’homme au costume bleu (sa couleur préférée) reste dans les mémoires pour son style vestimentaire extravagant, ses lunettes bleues à verres de mouche et son brushing décoloré impeccable. Il créé le cabaret-restaurant-spectacle qui fera sa gloire en inventant un concept simple, mais efficace. A l’issue du dîner, les agapes font place à un spectacle de travestis qui reprennent en play-back les tubes des stars du moment ou plus anciennes. Maquillages, costumes et gestuelles son impeccables. Les principales vedettes restées dans les mémoires demeurent son amie Dalida, Sylvie Vartan, Chantal Goya ou Edith Piaf.

Michou est également à l’origine de la pièce La Cage aux folles de Jean Poiret qui deviendra un film d’Edouard Molinaro en 1978 : immense succès au théâtre comme au cinéma. Il fait également une apparition restée dans les mémoires dans La Bonne année de Claude Lelouch en 1973.

Noctambule mais lève-tôt

Le célèbre cabaretier est une figure régulière de la télévision, comme invité de Michel Drucker ou de Philippe Bouvard. Il apparaît tout autant de 1987 à 1990 dans l’émission culinaire de François Rodoth sur FR3, Quand c’est bon… il n’y a pas meilleur. En 2005, est diffusé un documentaire de 52 minutes qui lui est consacré, Michou, la vie en bleu  réalisé par Frédéric Lievain pour France 5. Il est fait la même année chevalier de la Légion d’honneur par Jacques Chirac.

Stars de la chanson, du cinéma du théâtre et de la mode s’étaient réunies pour fêter ses 80 ans en 2011 dans la célèbre salle du Trianon, à Paris. Parmi elles : Nana Mouskouri, Annie Cordy, Amanda Lear, Jean-Paul Gautier, Johnny Hallyday, JoeyStarr, Francis Huster, Anny Duperey…

Homme de la nuit, il n’en était pas moins un lève-tôt pour s'occuper de son jardin en terrasse. Il tenait également une fois par mois à amuser les personnes âgées de la maison de retraite La Providence, voisine de son cabaret, en les invitant à déjeuner dans son établissement. Michou a également quelques album et CD à son actif, et il dirigeait encore récemment son cabaret, avec toutefois moins d’assiduité.

Son cabaret ne devrait pas lui survivre. Dans ses mémoires parues en 2017 il indiquait en effet vouloir être enterré dans un cercueil bleu et que le cabaret à son nom s'arrête à sa mort.

"Je veux que cette maison disparaisse avec moi. Cela peut paraître prétentieux, mais le cabaret ne me survivra pas", écrivait-il. Le spectacle de dimanche soir était en tout cas maintenu, avec un hommage spécial à son fondateur, a indiqué l'établissement.

INA

Figure de tolérance

Faisant part de sa "profonde émotion", le ministre de la Culture Franck Riester a salué sur Twitter "une figure généreuse et mythique de la nuit parisienne. Son cabaret restera toujours synonyme de tolérance et de fête".

La maire de Paris Anne Hidalgo a rendu hommage à "une immense figure de la tolérance et de la nuit parisienne".

"Michou c'était Paris ! Comme moi, il voyait la vie en bleu", a tweeté une autre figure des nuits parisiennes, Line Renaud.

L'association "la République de Montmartre" a de son côté exprimé son "grand deuil".