Manifestations mardi 15 décembre contre la fermeture prolongée des lieux de culture

Face à la prolongation de la fermeture des salles et des lieux culturels décidée par le gouvernement, le monde de la culture et du spectacle a prévu de se mobiliser mardi 15 décembre en criant sa colère lors d'une vingtaine de manifestations à Paris et partout en France.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
A Nantes, samedi 12 décembre 2020, lors d'une manifestation d'artistes Place Royale pour dénoncer le maintien de la fermeture des lieux de culture décidée par le gouvernement Castex. (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)

L'annonce jeudi 10 décembre d'un nouveau report de la réouverture des salles par le Premier ministre Jean Castex a eu l'effet d'une douche froide pour le monde du spectacle. Il a prévu de crier sa colère dans la rue mardi 15 décembre partout en France. 

Prêts à rouvrir le 15 décembre comme espéré lors de l'annonce du deuxième confinement fin octobre, cinémas, théâtres et musées ont vu une nouvelle fois leurs espoirs déçus. Le Premier ministre a annoncé jeudi dernier que, face à la pression épidémique persistante "qui dure plus qu'on ne l'aurait voulu", ils devraient rester fermés encore au moins jusqu'au 7 janvier. 

Une manifestation prévue mardi midi à la Bastille

La CGT spectacle, qui dénonce une destruction sans précédent "du volume d’activité et d’emploi pour nos secteurs", appelle le monde du spectacle, du cinéma et de l'audiovisuel à rejoindre un rassemblement "sonore et revendicatif" mardi 15 décembre à midi sur la place de la Bastille à Paris et partout en France, contre la "politique du yoyo du gouvernement".

Plus d'une vingtaine de manifestations du monde de la culture sont également prévues ce mardi en régions, notamment à Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse et Nancy.

Mot d'ordre unitaire

L'appel de la CGT-Spectacle et des directeurs de centres dramatiques nationaux s'est transformé en mot d'ordre unitaire, rassemblant tous les secteurs. La Fédération nationale des arts, des spectacles, de l'audiovisuel, du cinéma et de la presse FO, l'association nationale des théâtres de marionnettes et arts associés, le syndicats des cirques et compagnies de création, ou encore la fédération de lieux et projets de musiques actuelles appellent à se mobiliser "pour la réouverture de tous les lieux de spectacle".

Les artistes, directeurs de théâtres, de salles, exploitants ou distributeurs de films vont crier leur "colère et leur incompréhension" selon un communiqué diffusé largement... "La promesse d'une demi-réouverture est devenue une prolongation de fermeture", dénonce le texte, regrettant l'absence totale de "concertation" ou une différence de traitement avec les lieux de culte... La mobilisation s'annonce très suivie, largement relayée depuis quelques heures sur les réseaux sociaux.

Recours prévu devant le Conseil d'Etat

La mobilisation interviendra au moment où syndicats et artistes s'apprêtent à déposer un "référé liberté", une procédure d'urgence devant la plus haute juridiction administrative du pays, le Conseil d'Etat. "Il faut arrêter avec les pétitions, les demandes, les supplications, il faut être offensif, attaquer et entrer en résistance !", estime le comédien Samuel Churin, à l'initiative de cette idée. L'animateur de la coordination des intermittents rappelle que "cela passe aussi par le droit". 

L'appel à soutenir ce recours a été relayé par plusieurs centaines de directeurs et directrices de théâtres et compagnies à travers la France. 

Une manifestation mardi à 18h30 devant le théâtre de l'Atelier

Les acteurs Jacques Weber, Audrey Bonnet et François Morel ont pour leur part appelé à protester mardi 15 décembre à 18h30. "A l’heure même où nous aurions dû rouvrir nos portes, nous serons sur le trottoir, dans la rue, devant le Théâtre de l’Atelierpour exprimer "dégoût" et "colère" face à "l'absurdité" des décisions prises par le gouvernement.

"Nous ne sommes pas des rebelles. Nous ne sommes pas des révolutionnaires. Nous ne sommes pas des agitateurs. Nous ne sommes pas fous, nous ne sommes pas inconscients", indique le communiqué du théâtre. "En retour, nous demandons juste à être traités avec respect, intelligence et discernement." Le texte estime que la prolongation de la fermeture est "une véritable atteinte à nos valeurs et illustre un profond mépris à l'égard du secteur culturel et artistique tant nous atteignons une apogée en matière d'incohérence".

Des centres commerciaux bondés et des salles vides

"Pendant que les centres commerciaux accueillent des milliers de personnes quasiment sans contraintes, stimulées à coups de Black Friday ou d'opérations promotionnelles liées aux fêtes de fin d'année, les théâtres, où pourtant toutes les mesures sanitaires sont scrupuleusement respectées et où aucun cluster particulier n'a été repéré, doivent demeurer portes closes", ajoute encore le communiqué.

De son côté, le Nouveau Théâtre de Montreuil et Le Méliès, qui soutiennent l'initiative, appellent les spectateurs à constituer mardi à 18h "sur la place Jean-Jaurès (de Montreuil) une file d'attente symbolique respectueuse des distances de sécurité et des gestes barrières, pour exiger la réouverture des lieux de culture."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.