Luberon : l'ocre, un pigment naturel encore exploité dans le Roussillon

Publié Mis à jour
Luberon : l'ocre, un pigment naturel encore exploité dans le Roussillon
France 2
Article rédigé par
C.Verove, M.Niewenglowski, E.Noel - France 2
France Télévisions

Mardi 7 juin, le 13 Heures se rend dans le Luberon, où l'ocre est encore exploitée dans la dernière carrière d'Europe. Ce pigment naturel a de nombreux adeptes. 

Dans le Luberon, le sentier des Ocres offre un décor sauvage ressemblant à celui d'un western américain. Cette merveille géologique attire les touristes. "Ça fait plusieurs fois que je viens, et c'est le dépaysement total", affirme un homme. L'ocre, qui colore les paysages, est encore exploitée dans la dernière carrière d'Europe. "On voit des strates, ici de rouge et de jaune, dont on va faire une couleur orange. Et en profondeur, on a un jaune, lui, qui est pur à 100%", explique Pierre Beatrisini, ocrier à la société des ocres de France

Un pigment naturel 

Seulement 10% d'ocre est gardée du minerai. Elle est séparée du sable avec de l'eau. Le processus est naturel, mais demande du temps. Dans le village de Roussillon (Vaucluse), les murs revêtent tous cette couleur orange ou jaune pastel. Des apprentis artisans ont  à manier les pigments d'ocre, afin de créer leur propre peinture à la chaux. Contrairement aux pigments de synthèse, l'ocre ne blanchit pas à la lumière et au soleil.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.