Léonard de Vinci au cœur de la crise France-Italie : "Avec l'exposition au Louvre, c'est l'Italie aussi qui rayonne" plaide Franck Riester

Le ministre de la Culture a expliqué sur franceinfo jeudi le sens de sa visite à Milan où il va rencontrer son homologue italien.

Franck Riester, ministre de la Culture, en juillet 2017. 
Franck Riester, ministre de la Culture, en juillet 2017.  (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Franck Riester veut jouer l'apaisement avec l'Italie avant de rencontrer son homologue transalpin, jeudi 28 février. Le ministre de la Culture a réagi aux tensions entre la France et l'Italie qui se prolongent avec une polémique autour de tableaux de Léonard de Vinci. Rome s’était engagée à prêter plusieurs œuvres au musée du Louvre en 2019 pour l’exposition marquant les 500 ans de la mort du maître toscan. Le gouvernement italien est revenu en novembre dernier sur l’accord signé. "Mettre à l'honneur un artiste italien" comme Léonard de Vinci, "c'est mettre à l'honneur l'Italie toute entière",  plaide Franck Riester sur franceinfo. En signe de bonne volonté et dans un contexte de très fortes tensions entre la France et l’Italie, Franck Riester rappelle que la France s'est engagée à prêter à l'Italie des tableaux du peintre Raphaël.

franceinfo : La crise entre la France et l'Italie se joue-t-elle sur le terrain culturel ?

Franck Riester : J'ai été invité dans le cadre de la Triennale du design de Milan par mon homologue [Alberto Bonisoli, membre du Mouvement 5 étoiles]. On va avoir avec lui un certain nombre d'échanges culturels, notamment sur le pass culture. On parlera aussi de ce prêt de tableaux. La culture est un élément de rassemblement. C'est un élément qui, au-delà des différences politiques qu'on peut avoir dans un même pays, permet de se rassembler. Entre pays, c'est un bon lien entre nos deux peuples qui sont des peuples amis, des peuples voisins qui depuis des années ont toujours eu des échanges culturels entre eux. C'est une belle occasion, malgré les tensions qu'il peut y avoir parfois entre nos gouvernements, à travers les arts et la culture, de se retrouver.

Vous reconnaissez que la France n'a pas le monopole de Léonard de Vinci ?

Evidemment, Léonard de Vinci était italien. Mais il aimait la France, il est venu en France avant sa mort, il est mort en France. C'est un artiste européen, c'est un artiste de l'humanité. Son patrimoine est un patrimoine italien, mais c'est un patrimoine de l'humanité. Quand il y a une formidable exposition sur Léonard de Vinci comme celle que nous préparons pour la fin de l'année au Louvre, c'est l'Italie aussi qui rayonne. C'est une formidable opportunité de mettre à l'honneur cet artiste italien qui pendant des siècles a inspiré des artistes italiens, français, européens, du monde en entier. Le Louvre a fait en sorte que cette exposition soit programmée à l'automne 2019 pour laisser à l'Italie toute l'année pour faire des expositions Léonard de Vinci. La France est prête à prêter des œuvres de Raphaël pour qu'en Italie, Raphaël puisse avoir de très belles expositions. On est dans une forme de réciprocité et une volonté d'échanger.

Que répondez-vous au gouvernement italien qui critique l'arrogance de la France ?

Les paroles d'estrade ou les polémiques ne m'intéressent pas. Ce que je regarde ce sont les faits. Je vais essayer de convaincre mon homologue de la pertinence de ce que je lui propose. Ce n'est pas la volonté de la France de s'accaparer quoi que ce soit, mais au contraire, une belle preuve d'amitié puisque mettre à l'honneur un artiste italien, c'est mettre à l'honneur l'Italie toute entière. Je ne rentrerai pas dans les polémiques.

Ne craignez-vous pas que l'Italie réclame le retour de "La Joconde" ?

Je ne pense pas du tout. La Joconde a été acquise de façon tout à fait légale. Quand La Joconde a été volée au début du 20e siècle et qu'elle a été retrouvée en Italie, l'Italie a restitué la Joconde à la France. Il n'y a pas de raisons du tout que l'Italie veuille réclamer la Joconde bien entendu.

Dans le cas où vous ne trouvez pas d'accord avec votre homologue italien, est-ce que l'exposition au Louvre pourrait être remise en cause ?

Cela ne remet pas en cause l'exposition au Louvre. Si on peut avoir quelques dessins, si on peut avoir L’Annonciation qui est à Florence, on sera ravis. Si ce n'est pas le cas on le regrettera, mais il y aura quand même à l'automne une formidable exposition Léonard de Vinci au Louvre.