Cet article date de plus de six ans.

Valérie Trierweiler réécrirait tout, mot pour mot

L'ancienne première dame assure la promotion de son livre "Merci pour ce moment", en poche. Dans une interview accordée au Parisien - Aujourd'hui en France, elle assure ne regretter aucun de ses propos, qui ont créé la polémique en septembre dernier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Valérie Trierweiler © MaxPPP)

Non, rien de rien. Non, elle ne regrette rien. Valérie Trierweiler persiste et signe. Son livre, Merci pour ce Moment , elle le réécrirait mot pour mot. Cette interview à un média français lui permet d'ailleurs d'assurer la promotion de son livre, qui paraît en poche ce mercredi.

A LIRE AUSSI ►►► Démarrage record pour le livre de Valérie Trierweiler

François Hollande et les "sans dents" : "Hélas, c'est la vérité" , dit-elle. Une vérité répétée malgré les démentis élyséens. L'ex-compagne du chef de l'Etat assume sa liberté de parole : "Je suis libre de m'exprimer, je suis affranchie" , justifie-t-elle en dénonçant "une cour violente et souvent outrancière" .

Mais les attaques ne s'arrêtent pas là. Elles visent surtout nommément François Hollande et Ségolène Royal. "Le pouvoir est leur obsession commune."   En 2005, lorsqu'ils étaient rivaux, "j'ai servi d'instrument pour la conquête de ce pouvoir. Maintenant ils peuvent se retrouver et s'entraider. Utiliser à leur profit les médias et le pouvoir dont ils raffolent, rien de nouveau sous le soleil."

Bref, Valérie Trierweiler tient une fois de plus des propos au vitriol. Tweet, livre, interview, peu importe la façon, pourvu qu'on ait la vengeresse.

Dans sa première version, Merci pour ce moment a été vendu à 750.000 exemplaires. Si vous ne l'avez pas eu entre les mains, voilà une séance de rattrapage :

A LIRE AUSSI ►►► "Merci pour ce moment" : nous avons lu le livre de Trierweiler pour vous

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.