Tahar Ben Jelloun: la rentrée va être triste sans Robert Sabatier

"La rentrée littéraire sans lui va être bien triste", a déclaré Tahar Ben Jelloun après l'annonce du décès de Robert Sabatier, qui s'était imposé comme un grand de la littérature populaire avec "Les Allumettes suédoises", un succès de la littérature populaire

Robert Sabatier (à gauche) et Tahar Ben Jelloun (à droite) en 2009
Robert Sabatier (à gauche) et Tahar Ben Jelloun (à droite) en 2009 (Pol Emile / Sipa)

Tahar Ben Jelloun, qui est membre de l'académi Goncourt, dont Robert Sabatier était le doyen, a regretté la disparition d'un "homme d'une grande culture et d'une grande discrétion, doté d'une grande présence, subtil et jamais véhément".

La rentrée littéraire sans lui va être bien triste", a déclaré l'écrivain franco-marocain. "C'était mon voisin de gauche à la table du jury du Goncourt (qui se réunit chaque année le jour de la remise du prix littéraire au restaurant Drouant, à Paris, ndlr). Il était là avant nous tous et en a vu passer beaucoup, Aragon, Genevoix", a ajouté Tahar Ben Jelloun.

Apprenant le décès de Robert Sabatier en marge de l'élection du nouveau  président du Syndicat national de l'édition, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a regretté la disparition d'une "grande figure de la littérature".

François hollande a évoqué, "Cette figure attachante qui manquera à l'univers des lettres", en présentant ses condoléances à la famille de l'écrivain.