Cet article date de plus d'un an.

"Ultramarins" : le merveilleux premier roman de Mariette Navarro fait un carton en librairie

Avec ce premier roman, Mariette Navarro invite le lecteur dans une dimension où tous les repères se perdent dans l'immensité sans bornes de l'océan.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La romancière poètesse et dramaturge Mariette Navarro, août 2021 (Philippe Malone)

Grâce au travail de Quidam, un éditeur indépendant et engagé, et boosté par l'enthousiasme des libraires et un très bon bouche à oreille, Ultramarins, le premier roman de la dramaturge et poétesse Mariette Navarro en est à sa troisième réimpression depuis sa publication le 19 août.

L'histoire : un cargo commandé par une femme est en route pour La Désirade, en Guadeloupe. Au cours de cette traversée de l'Atlantique, la commandante autorise exceptionnellement une baignade en pleine mer à son équipage, exclusivement composé d'hommes. Les marins jouissent de ce moment suspendu, bientôt gagnés par les vertiges des abysses, et de ce qui pourrait advenir dans cette immensité sans frontières, de perte mais aussi de lien avec la communauté qu'ils forment. La commandante, restée seule à bord, scrute leurs corps, se demandant, elle si rigoureuse, pourquoi elle a lâché ce oui.

Dans le canot qui les remonte à bord après la baignade, quand les hommes se comptent, le compte n'y est pas. Écart dans la feuille de route, entaille dans le protocole, incongruité dans les procédures, ce petit pas de côté introduit un décalage dans la poursuite de la traversée, soudain empreinte d'un vertige qui contamine la commandante, l'équipage, la météo, et même les moteurs du cargo…

"- Alors, elle demande, tout le monde est bien remonté à bord ?
- On est 21 dit l'un.
- Vous voulez dire 20 ?
Il ne dit rien."

"Ultramarins"

page 63

Ce glissement spatio-temporel emporte la commandante dans une autre dimension, une dimension où tout peut arriver. Cédant le contrôle à des forces nouvelles et inexplicables, elle se met à l'écoute du cargo, jusqu'à pénétrer son cœur et ses mystères. Un voyage qui comme Ulysse lui permet de rejoindre les morts, notamment son père, autrefois commandant lui aussi, jamais vraiment revenu (en tous cas sa tête) après une mission en mer.

C'est à travers les corps, le sien, celui des marins, celui du brouillard, de l'océan, du cargo, et pour finir celui du Second, que la commandante accomplit cette incroyable traversée, qui va la raccrocher à la terre et l'ouvrir à la vie.

L'écriture musicale de Mariette Navarro plonge le lecteur dans l'épaisseur organique de ce récit fort comme un mythe. Inscrit dans la tradition des épopées maritimes tels les voyages d'Ulysse ou les aventures de Moby Dick, ce roman évoque aussi des univers qui chatouillent le genre fantastique sans s'y étendre, comme ceux des Italiens Italo Calvino et Alessandro Baricco, des Japonais Haruki Murakami ou Yoko Ogawa.

5000 exemplaires écoulés en une semaine

Ce roman, Pascal Arnaud, l'éditeur de Quidam, y a cru tout de suite. "C'est un livre qui se distinguait totalement. Un livre très poétique, ce qui peut parfois constituer un frein à l'adhésion du lecteur, mais avec Ultramarins, ce n'est pas le cas du tout. C'est un livre dans lequel on se laisse complètement embarquer, un texte avec de multiples références sous-jacentes, un livre très riche, très fort, et en même temps très dépouillé. Et puis c'est aussi un très beau portrait de femme, qui dirige, dans un milieu masculin", s'enthousiasme l'éditeur, qui a décidé dès le départ d'en imprimer 5000 exemplaires, un gros tirage pour un premier roman, écoulé en une semaine. Il a fallu en réimprimer 2000, puis très vite, 5000 de plus. "On en est aujourd'hui à 17.000 tirages", se félicite l'éditeur, "avec un taux d'écoulement très élevé" (le rapport entre le nombre de livres mis en place et les ventes).

Outre la qualité du texte, sur lequel Pascal Arnaud confie avoir fait un "travail de dentelle" avec l'auteure, c'est aussi une bonne préparation, en amont, auprès des libraires, qui explique son succès. "Dans la rentrée littéraire, massive, c'est très difficile de se distinguer", explique Pascal Arnaud, qui a choisi cette année de ne publier, comme l'an dernier pour cause de Covid, qu'un seul roman. "C'est plus facile à travailler, on décuple les efforts", explique-t-il. "Les libraires sont nos meilleurs relais, et sur ce livre, ils ont tout de suite adhéré. Nombre d'entre eux, comme Quai des Brumes à Strasbourg, Le bonheur à Montrouge, ont dépassé la centaine d'exemplaires vendus", se réjouit l'éditeur.

Ultramarins a été publié neuf ans après que Mariette Navarro a elle-même foulé le pont d'un cargo à l'occasion d'une résidence, en 2012. Ce roman atmosphérique, d'un genre inclassable, est court (156 pages), mais incroyablement long en bouche. Un livre précieux, avec une très jolie couverture, que l'on a envie, comme un beau voyage, de partager.

Couverture du roman "Ultramarins", de Mariette Navarro, août 2021 (Hugues Vollant / Quidam)

"Ultramarins", de Mariette Navarro (Quidam éditeur, 156 pages, 15 €)

Extrait :
"Dans ce geste connu, le geste de travail, dans geste refait chaque jour, un espace s'est glissé. Un tout petit espace blanc inexistant jusqu'alors, une seconde suspendue, la seconde imprécise, toute la suite de la vie s'est engouffrée, a pris ses aises, a déroulé ses conséquences.

Elle en a la conscience nette, parce que c'est dans son corps que le petit écart s'est frayé un chemin, elle n'a pas d'argument médical à avancer, elle ne pourrait même pas dire que c'est grave, regrettable, ennemi, une traversée de soi par un long courant d'air. Un souffle contre lequel il faut bander les muscles un peu plus fermement." (Ultramarins, page 11)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.