Plus que huit romans français dans la deuxième sélection du Médicis

Le jury du Médicis a annoncé par ailleurs qu'il remettait une "mention spéciale" à Jean-Marie Gleize pour sa biographie "Denis Roche, éloge de la véhémence" (Seuil). Denis Roche (1937-2015) fut un membre historique du jury Médicis et l'initiateur du prix Médicis essais.

Victor Jestin, auteur de \"La chaleur\" (Flammarion), le 29 septembre 2019
Victor Jestin, auteur de "La chaleur" (Flammarion), le 29 septembre 2019 (JOEL SAGET / AFP)

Le jury du prix Médicis a réduit à huit le nombre de romans français figurant dans sa sélection pour son prix qui sera décerné le 8 novembre. Huit romans étrangers figurent également dans la deuxième sélection du Médicis ainsi que 14 essais.

Parmi les romans français toujours en lice pour le prix Médicis ont retrouve Santiago H. Amigorena, également en lice pour le Goncourt et le Renaudot, ainsi que le primo-romancier Victor Jestin, 25 ans, lauréat du prix de la Vocation, et qui figure aussi dans les sélections du Renaudot et du Femina.

La primo-romancière, Anne Pauly, déjà dans la sélection du Goncourt et du Femina, se retrouve dans la sélection du Médicis dans la catégorie essais comme Michaël Ferrier qui figure dans les sélections du Renaudot et du Femina dans la catégorie romans. Le jury du Médicis fera connaître ses finalistes le 29 octobre.

Voici la liste, par ordre alphabétique d'auteurs, de la deuxième sélection du Médicis :

Romans en français :

- Santiago H. Amigorena, Le ghetto intérieur (P.O.L)
- Brigitte Giraud, Jour de courage (Flammarion)
- Claudie Hunzinger, Les grands cerfs (Grasset)
- Victor Jestin, La Chaleur (Flammarion)
- Luc Lang, La tentation (Stock)
- Guillaume Lavenant, Protocole gouvernante (Rivages)
- Vincent Message, Cora dans la spirale (Seuil)
- Christine Montalbetti, Mon ancêtre Poisson (P.O.L)

Romans étrangers :

- Nina Allan, La fracture, traduit de l'anglais par Bernard Sigaud (Tristram)
- Mircea Cartarescu, Solénoïde, traduit du roumain par Laure Hinckel (Noir sur Blanc)
- Arno Geiger, Le grand royaume des ombres, traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay (Gallimard)
- Jennifer Nansubuga Makumbi, Kintu, traduit de l'anglais (Ouganda) par Céline Schwaller (Métailié)
- Joyce Carol Oates, Un livre de martyrs américains, traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban (Philippe Rey)
- Edna O'Brien, Girl, traduit de l'anglais (Irlande) par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)
- Audur Ava Olafsdottir, Miss Islande, traduit de l'islandais par Eric Boury (Zulma)
- Manuel Vilas, Ordesa, traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon (Editions du Sous-Sol)

Essais :

- Didier Daeninckx, Le roman noir de l'Histoire (Verdier)
- Michaël Ferrier, Scrabble (Mercure de France)
- Michaël Foessel, Récidive (PUF)
- Jean-Paul Marcheschi, Le Greco, un grand sommeil noir (éditions Art3)
- Claire Marin Ruptures (L'Observatoire)
- Maggie Nelson, Bleuets, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy (éditions du Sous-sol)
- Bulle Ogier et Anne Diatkine, J'ai oublié (Seuil)
- Anne Pauly, Avant que j'oublie (Verdier)
- Bruno Remaury, Le monde horizontal (Corti)
- Paolo Rumiz, Appia, traduit de l'italien par Béatrice Vierne (Arthaud)
- Jean-Louis Schefer, Carré de ciel (P.O.L)
- Tanguy Viel, Icebergs (Minuit)
- Josef Winkler, Le Livret du pupille Jean Genet, traduit de l'allemand (Autriche) par Bernard Banoun, (Verdier)
- Liao Yiwu, Des balles et de l'opium, traduit du chinois par Marie Holzman, (Globe)

L'an dernier le prix Médicis avait été attribué à Pierre Guyotat pour Idiotie (Grasset) et le Médicis étranger à Rachel Kushner pour Le Mars Club (Stock), traduit de l'anglais par Sylvie Schneiter.

Le Médicis essais avait été attribué à Stefano Massini pour Les frères Lehman (Globe), traduit de l'italien par Nathalie Bauer.