"Par les routes" de Sylvain Prudhomme reçoit le prix Landerneau des lecteurs

Sylvain Prudhomme est le lauréat 2019 du prix Landerneau des lecteurs pour son roman "Par les routes", qui met en scène un homme qui, régulièrement, a besoin de partir en auto-stop au hasard sur les chemins de France.

Sylvain Prudhomme, prix Landerneau des lecteurs pour \"Par les routes\"
Sylvain Prudhomme, prix Landerneau des lecteurs pour "Par les routes" (© Francesca Mantovany)

Le romancier Sylvain Prudhomme a reçu mardi le prix Landerneau des lecteurs pour Par les routes, un roman aux accents mélancoliques sur l'art de l'abandon.

Le roman, le 8e de Sylvain Prudhomme, 40 ans, publié chez L'Arbalète/Gallimard figure dans la sélection du Femina, du Renaudot, de l'Interallié et du Grand prix du roman de l'Académie française.

Par les routes met en scène un homme d'une quarantaine d'années jamais autrement nommé que "l'auto-stoppeur". En couple avec une traductrice nommée Marie, père d'un petit garçon, l'auto-stoppeur ne peut s'empêcher de partir régulièrement, pouce levé, au hasard sur les routes de France. L'histoire est racontée par Sacha, un ancien ami de l'auto-stoppeur.

Aller voir d'autres ailleurs

Écrivain, Sacha est venu s'installer dans une petite ville du sud-est sans savoir qu'il y retrouverait l'ancien compagnon de jeunesse avec qui, vingt ans auparavant, il avait sillonné la France en auto-stop. L'un s'est assagi, l'autre, doux et aimant, a toujours pourtant ce besoin paradoxal de bouger, d'aller voir d'autres ailleurs même si, le plus souvent, ce sont des aires d'autoroutes. "C'était comme s'il avait toujours besoin que sa trajectoire en frôle d'autres", écrit Sylvain Prudhomme en parlant de son auto-stoppeur.

Au fil des absences de plus en plus longues et fréquentes de l'auto-stoppeur, Sacha se rapproche de Marie et de leur fils Agustin. Mais le livre du romancier n'est pas un vaudeville. Ce qu'offre Sylvain Prudhomme qui était en lice pour ce prix face à trois autres romanciers (Kaouther Adimi, Louis-Philippe Dalembert et Valentine Goby) est une splendide ode à la liberté. Il existe une multitude d'existences possibles, rappelle l'écrivain.

Un voyage en France

"Par petites touches impressionnistes, Sylvain Prudhomme nous invite à un voyage en France et à un questionnement sur le sens de nos existences. Son livre est émouvant et juste", a estimé le romancier Philippe Besson qui présidait le jury cette année.

Doté de 10.000 euros, le prix Landerneau est décerné par un jury composé de 220 lecteurs et lectrices, sélectionnés dans toute la France par les espaces culturels E.Leclerc. Le roman lauréat bénéficie en outre d'une campagne de publicité dans la presse et d'une mise en avant dans l'ensemble du réseau de l'enseigne.

L'an dernier, le prix avait été attribué à Serge Joncour pour Chien Loup (Flammarion).