"Babylift" de Marie Bardet, un récit-enquête entre le Vietnam et la France

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 6 min.
Littérature : "Babylift", une enquête entre le Vietnam et la France
FRANCEINFO
Article rédigé par
A.-M. Revol - franceinfo
France Télévisions

Dans la chronique culture du 23h, Anne-Marie Revol met en avant, jeudi 11 février, "Babylift" de Marie Bardet (Editions Emmanuelle Collas). Un récit qui prend racine à la fin de la guerre du Vietnam et suit la fuite d’un adolescent rescapé d’un drame.

Ne pas se fier au titre du livre écrit par la journaliste et écrivain Marie Bardet, Babylift. Même s’il sonne doux à l’oreille, ce terme désigne une tout autre réalité. "Il fait référence à une opération américaine, menée à la fin de la guerre du Vietnam, qui a consisté à évacuer près de 3 000 bébés et enfants, fruits d’amour ou de viols entre des GI’s américains et des Vietnamiennes, en organisant un grand pont aérien. Le deuxième vol a été une véritable catastrophe, et c’est celui auquel s’attache Marie Bardet", explique la journaliste de France Télévisions, Anne-Marie Revol sur le plateau du 23h.

Des jumeaux dans la tourmente

Durant ce vol, quelques minutes après son décollage au large de Saïgon, la soute de l’avion s’ouvre, entraînant la chute de près de la moitié des enfants évacués. Cent cinquante d’entre eux réussissent toutefois à survivre. "Marie Bardet retrace le parcours de jumeaux, Sean et May, deux personnages de fiction, adoptés par deux cousines françaises qui vivent dans un village de montagne. Le choc est immense, parce que ces enfants sont noirs, nés de la relation d’une Vietnamienne avec un GI noir", détaille Anne-Marie Revol. Babylift met en scène la fuite de Sean, à l’âge de 15 ans, accusé d’avoir tué une camarade de collège et d’avoir violé sa sœur. Le procès arrive, Sean hérite d’un avocat commis d’office qui n’a pas l’air de payer de mine. Pourtant, l’homme enquête et découvre une vérité encore plus douloureuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.