Accusations de Yann Moix dans son livre "Orléans" : dans une lettre à l'Obs, son père admet avoir été violent mais se justifie

Le père de Yann Moix concède avoir commis des violences contre son fils dans sa jeunesse, mais s’en justifie dans une lettre envoyée à L’Obs et publiée sur son site internet.

Yann Moix (2018)
Yann Moix (2018) (ULF ANDERSEN / AURIMAGES / ULF ANDERSEN)

Suite aux accusations de violences de Yann Moix, subies dans sa jeunesse par son père, dans son dernier roman "Orléans" (Grasset), José Moix répond une nouvelle fois. Après avoir d’abord démenti cette maltraitance, il a envoyé une lettre à L’Obs déclarant avoir "probablement mal agi", mais en explique les raisons, en évoquant l’attitude de son fils écrivain par rapport à son petit frère quand ils étaient jeunes.

Contrairement à ce que Yann prétend, les sanctions n’arrivaient pas sans raison.José Moixà L'Obs

"En effet, Yann n’a jamais accepté la naissance de son petit frère Alexandre, de quatre ans son cadet. A partir du moment où Alexandre est né, il n’a jamais pu supporter qu’il existe. Lui qui avait été un enfant si doux jusque-là, il est devenu un enfant terrible. Surdoué certes, attachant à beaucoup d’égards, mais malheureusement au quotidien, nous avions de grosses difficultés à canaliser sa violence. Il a toujours voulu "éliminer" Alexandre, et quelques fois de manière physique.

"Lorsque vous avez un enfant de six ans qui veut défenestrer du premier étage son petit frère et qu’on le rattrape in extremis, comment réagir ? Ou encore lorsqu’il a tenté au même âge de le noyer dans la cuvette des toilettes, ou que, devenu adolescent il courait après lui avec un couteau de cuisine dans la maison familiale (ce qu’il attribue aujourd’hui à sa mère !), qu’il cassait systématiquement tout ce qui appartenait à son frère, qu’il le rabaissait sans cesse, qu’il l’humiliait et le rouait de coups dès que nous avions le dos tourné… comprenez que j’ai probablement mal agi face à l’ampleur des violences qu’il faisait subir à son petit frère."

Yann est probablement une victime mais il en oublie une autre, son frère.José Moixà L'Obs

José Moix précise par ailleurs avoir lu le livre accusateur de son fils, qu’il à trouvé "magnifique". Mais il lui reproche de publier un livre de "pure fiction" , catégorisé dans les romans, comme une "autobiographie".