500 livres attendus pour la rentrée littéraire d'hiver, sans mastodontes

Cette rentrée d'hiver ne sera pas écrasée comme l'an dernier par un mastodonte. 

L\'écrivivain Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, lors d\'une interview en 2017 à Bogota, 28 avril 2017
L'écrivivain Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, lors d'une interview en 2017 à Bogota, 28 avril 2017 (RAUL ARBOLEDA / AFP)

La saison des prix à peine terminée, la saison littéraire d'hiver s'annonce avec 481 nouveautés en littérature française et étrangère, selon les données dévoilées vendredi par le magazine professionnel Livres Hebdo.

Les premiers titres de la rentrée d'hiver sont attendus en librairie dès le 2 janvier. Contrairement à l'an dernier où elle avait été dominée par le roman de Michel Houellebecq Sérotonine (Flammarion, 2019), cette rentrée affiche un profil plus ouvert.

Le dernier volet de la trilogie de Pierre Lemaître

Parmi les romans les plus attendus, on trouve Miroir de nos peines (Albin Michel), le nouveau titre du prix Goncourt 2013, Pierre Lemaitre. On retrouve dans ce roman, Louise, la gamine d'Au revoir là-haut.

Tiré à 200.000 exemplaires (le plus gros tirage de cette rentrée), Miroir de nos peines ferme cette trilogie dont le deuxième volet, Couleurs de l'incendie (sorti en janvier 2018) s'est vendu à plus de 300.000 exemplaires.

Echenoz, Reza, Pennac

On attend également avec impatience Vie de Gérard Fulmard (Minuit), le nouveau roman de Jean Echenoz, qui n'avait pas publié depuis Envoyée spéciale (Minuit, 2016), ainsi que La loi du rêveur (Gallimard) de Daniel Pennac.

 L\'écrivain Daniel Pennac, le 13 novembre 2013.
L'écrivain Daniel Pennac, le 13 novembre 2013.(TIZIANA FABI / AFP)

Parmi les auteurs adorés du public, l'Académicien Erik Orsenna proposera Briser en nous la mer gelée (Gallimard) et Frédéric Beigbeder sort chez Grasset un livre sans titre dont la couverture est simplement illustrée d'un smiley. Yasmina Reza, elle, publie Anne-Marie la Beauté (Flammarion).

On guettera aussi le nouveau texte de Nina Bouraoui, Otages (JC Lattès), La nuit atlantique (Actes Sud) d'Anne-Marie Garat ainsi que Les enfants des autres (P.O.L) de Pierric Bailly.

Moins de primo-romanciers

Alors que leur nombre était en hausse depuis deux ans, les primo-romanciers ne sont que 71 à passer leur baptême du feu lors de cette rentrée. Parmi ces nouveaux auteurs, on peut signaler Camille Bonvalet, diplômée du fameux master de création littéraire de Paris 8 (comme avant elle David Lopez, Anne Pauly, Mathilde Forget...), qui propose Échographie du vide (Autrement).

Côté littérature étrangère, on compte 152 titres dont Voir la lumière (Grasset) de l'Américain T.C. Boyle, Une machine comme moi (Gallimard) du Britannique Ian McEwan ou encore La prière des oiseaux (Buchet-Chastel) de l'auteur nigérian, finaliste du Man Booker Prize, Chigozie Obioma.

Stock publiera un inédit d'Isaac Bashevis Singer (Le charlatan) et on attend chez Actes Sud Le monstre de la mémoire de l'auteur israélien Yishai Sarid.