Philip Roth, monstre sacré de la littérature américaine, est mort à 85 ans

Observateur lucide de la société américaine et de ses travers, il avait été régulièrement pressenti pour le Nobel de littérature, sans jamais l'obtenir.

L\'auteur américain Philip Roth à son domicile de Warren (Connecticut), le 5 septembre 2005.
L'auteur américain Philip Roth à son domicile de Warren (Connecticut), le 5 septembre 2005. (DOUGLAS HEALEY / AP / SIPA)

Il avait fait son entrée dans la prestigieuse Pléiade en octobre. L'écrivain Philip Roth, géant de la littérature américaine, est mort mardi à 85 ans des suites d'un problème cardiaque, ont indiqué ses proches aux New York Times, mercredi 23 mai. Observateur lucide de la société américaine et de ses travers, le natif de Newark (New Jersey) avait été régulièrement pressenti pour le Nobel de littérature, sans jamais l'obtenir.

Il est notamment l'auteur de La Tache, Le Complot contre l'Amérique et Pastorale américaine, qui lui a valu le prix Pulitzer en 1998. C'est Portnoy et son complexe (aussi connu sous le titre La Plainte de Portnoy) qui l'avait révélé au grand public en 1969. L'ouvrage avait fait scandale, à la fois pour ses descriptions sexuelles très crues et sa façon d'aborder la judaïté.

Entre autobiographie et fiction

Régulièrement salué comme le plus grand écrivain américain vivant, Philip Roth avait annoncé sa décision d'arrêter d'écrire en 2012.

Grand ténébreux aux sourcils broussailleux, petit-fils d'immigrés juifs d'Europe de l'Est, Philip Roth a écrit, debout à son pupitre, près de 30 romans. Récits provocateurs des mœurs de la petite bourgeoisie juive américaine, satires politiques, réflexions sur le poids de l'histoire ou sur le vieillissement, ses œuvres oscillent presque toujours entre autobiographie et fiction.