Page 112 : un nouveau prix littéraire original

L'avalanche de parutions de la rentrée littéraire, plus de 600 encore en septembre 2012, permet-elle aux jurés des prix littéraires de se pencher véritablement sur chaque ouvrage ? Non bien sûr. Personne ne l'avoue mais tout le monde le sait : le premier débroussaillage consiste surtout à lire la première et la dernière page. Et si on changeait les règles tacites de ce petit jeu ? Et si on lisait d'abord la page 112 ? C'est le parti pris d'un nouveau prix littéraire, le Prix de la Page 112, qui sera remis le 12 décembre par douze jurés.

Rendez-vous page 112 pour voir ce que ces livres ont dans le ventre...
Rendez-vous page 112 pour voir ce que ces livres ont dans le ventre... (Culturebox)

La loi du milieu
Pourquoi avoir choisi cette fameuse page 112 ? Parce que située "dans le ventre mou" du roman, cette page est souvent négligée par l’auteur, l’éditeur et le correcteur et peut à ce titre être le symptôme d'un relâchement.

Mais ne lire que la page 112 n'est ce pas aussi arbitraire que de lire la première et la dernière page ? Si, admet l'instigatrice de ce prix, l'éditrice Claire Debru, qui dirige la collection "Les Affranchis" chez Nil. Mais "la vie littéraire est injuste", réplique-t-elle.

"Si une remarquable page 112 est rare, alors il est permis d’espérer que le roman dans lequel elle apparaît soit, lui aussi, remarquable... de bout en bout" : telle est la théorie des jurés du prix. Editeurs, journalistes ou écrivains, ils sont au nombre de douze : Grégoire Bouillier, Christophe Bourseiller, Lidia Breda, Claire Debru, Patrick Declerck, Anne Goscinny, Roland Jaccard, Eric Naulleau, Nicolas d’Estienne d’Orves, Pierre-Guillaume de Roux, Bruno Tessarech et Guillaume Zorgbibe.

Tous se sont engagés, une fois sélectionnées les bonnes pages 112, à lire les romans en entier avant de donner leur suffrage au prix qui sera remis au café-restaurant "Les Nautes" (Paris 4e) le 12 décembre.

Un hommage à Woody Allen
Ce prix qui prend en compte tous les romans parus depuis le mois d'août, se place sous le haut parrainage de Woody Allen. C'est en effet en hommage à une scène de"Hannah et ses soeurs" qu'a été choisie cette fameuse page 112, nous apprend "Le Monde".

Dans le film, Elliott, tombé amoureux de sa belle-soeur, lui lance "N'oublie pas le poème, page 112 : ça me rappelle toi". Un prix qui ne se prend donc pas (encore) trop au sérieux. Surtout quand on sait que Woody Allen a toujours dit "je ne ferai jamais partie d'un club qui m'accepte pour membre"...