Cet article date de plus d'onze ans.

Ordre des Templiers : le Vatican publie des archives secrètes

Sept siècles après l’extinction de l’ordre religieux, on apprend que l’Eglise avait tenté de réhabiliter les Templiers à l'issue de leur procès intenté par le roi de France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France © France Info)

En 1307, le roi français Philippe IV le Bel ordonne l'arrestation et le jugement des Templiers, un ordre devenu trop puissant. Ses membres sont accusés d’hérésie et l'organisation sera dissoute par la Papauté. Mais dans un premier temps, le Vatican soutient les Templiers. Voilà l’information cachée pendant des siècles et qui vient de refaire surface.

Il y a six ans, un chercheur a mis la main sur les actes du procès des Templiers dans les archives secrètes du Vatican. Des archives dévoilées ce matin, à Rome, à l’occasion de leur publication. Un parchemin, notamment, montre que le Pape Clément V est revenu brièvement sur les accusations d’hérésie et a même donné l'absolution au dernier maître des Templiers Jacques de Molay ainsi qu'aux autres responsables de l'Ordre du Temple. Selon des spécialistes de cette période, l’ordre aurait donc pu se reconstituer progressivement, mais les Templiers décimés et ruinés n’ont jamais réussi à renaître. Cette société religieuse et militaire s'est rapidement éteinte après deux siècles d'expansion.

Le département des archives secrètes du Vatican s'apprête donc à publier ces documents au sein d’un livre consacré au procès des Templiers Processus contra Templarios, en collaboration avec la société italienne Scrinium. L’édition exclusive, inédite et dans leur intégralité des actes de ce célèbre et très mystérieux procès est limitée.

L'histoire de l'ordre des chevaliers du Temple recèle de nombreuses zones d'ombre, qui ont contribué à alimenter les rumeurs et l’imagination collective, notamment autour de leur prétendu trésor caché.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.