Jean d'Ormesson : l'hommage des amoureux des lettres

Chaque sortie d'un livre de Jean d'Ormesson était un événement. France 2 est partie à la rencontre de ses lecteurs, en librairie. 

FRANCE 2

Je dirai malgré tout que cette vie fut belle... Dans la librairie parisienne "La Procure", l'académicien a toujours occupé une place centrale. Il disait : "Je n'ai pas l'angoisse de la page blanche, mais celle de la page écrite". Pour le libraire Bertrand Deschamps, "c'est un auteur qui a toujours été présent. Il y a toujours eu des nouveautés qui fonctionnaient toujours de la même manière, avec un public inconditionnel. On va dire que c'est un auteur dont on avait fini par penser qu'il était éternel."

"La littérature, c'est du chagrin dominé par la grammaire"

Dans son œuvre, l'histoire avec un grand H, est centrale. Son obsession : le temps. Son amour de la vie, sa gaieté, ses passions touchaient le public : "J'aimais sa pétillance. Sa façon de parler. D'ailleurs, j'ai retenu une phrase de lui : 'La littérature, c'est du chagrin dominé par la grammaire'", confie une cliente de la librairie, visiblement émue. En 2018, l'immortel avait prévu de publier un nouvel ouvrage. Son titre ? Et moi, je vis toujours. Un futur succès de librairie, à n'en pas douter, mais aussi un ultime clin d'œil à l'Histoire et à ceux qui restent.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'écrivain Jean d\'Ormesson à son domicile de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 13 janvier 2016.
L'écrivain Jean d'Ormesson à son domicile de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le 13 janvier 2016. (ELODIE GREGOIRE / REA)