Cet article date de plus de deux ans.

#marquepage du 23 février 2022 : échos des livres glanés par Anne-Marie Revol

Découvrez en trois minutes, trois idées de livres, à dévorer… tout en vous amusant ! 

Article rédigé par franceinfo Culture - Anne-Marie Revol
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
"Marque-page", la chronique d'échos littéraires d'Anne-Marie Revol. (FRANCE TELEVISIONS)

Un nouveau numéro de Marque-Page : l’auteur qui se dissimule derrière ses quatre photos aime ausculter la société. Nathalie Iris nous emmène en Iran avec Nazanine Hozar, auteure d’Aria paru au Livre de Poche. Quant aux Instagrammeurs, ils recommandent le Lac de Nulle part de Pete Fromm (Gallmeister éditions).

Marque Page 81
Marque Page 81 Marque Page 81

Et c’est r’parti pour un quiz !  

L’écrivaine qui nous a adressé cette semaine ses quatre photos est multi-primée : Interallié, Goncourt des Lycéens, Landerneau des lecteurs. Née et élevée en région parisienne par des parents d’origine tunisienne, elle a grandi dans le culte de la France dont elle est un pur produit – grâce notamment à son école républicaine, affirme-t-elle. Diplômée en droit, elle exerce un temps la profession de juriste mais réalise très vite que seule l’écriture l’attire. Si ses premiers livres sont plutôt burlesques, ouvrage après ouvrage, elle se fait plus sérieuse et se lance dans une analyse de la société en multipliant les romans ayant pour thèmes les contradictions des individus ainsi que les hypocrisies de la vie contemporaine. Pour autant, elle demeure passionnante et jamais assommante ! Longtemps auteure Grasset, elle rejoint Gallimard en 2016 et décroche en 2019 deux prix prestigieux pour un roman qui sera adapté au cinéma par Yvan Attal avec dans les rôles titres Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg et Pierre Arditi. Son dernier titre nous offre une plongée dans les tourmentes juridiques et amoureuses du Palais de justice de Paris avec pour toile de fond le procès d’un djihadiste. Si je vous dis en plus que le patronyme de cet auteure mystère est l’homonyme d’un nom commun se rapportant à une plaque de terre cuite servant à couvrir un édifice, vous devriez vous en sortir les doigts dans le nez !  

La libraire nous embarque en Iran….

Nathalie Iris qui dirige Mots en marge à La Garenne-Colombes, s’est laissée séduire par Aria de Nazarine Hozar dont le livre vient d’être ré-édité au Livre de Poche (parfait pour partir en vacances, léger !). Téhéran, 1953, par une nuit enneigée. "C’est l’histoire d’un chauffeur de taxi qui un soir trouve une enfant abandonné dans une poubelle…"  Malgré la croyance populaire qui veut que les yeux clairs soient le signe du diable, il décide de la ramener chez lui, modifiant à jamais son destin et celui de cette petite fille, qu’il nomme Aria. Trois figures maternelles vont croiser sa route et l’accompagner dans les différentes étapes de sa vie : la cruelle Zahra – femme de Behrouz –, qui la rejette et la maltraite, la riche veuve Fereshteh qui l’adopte et lui offre un avenir, et la mystérieuse Mehri, qui détient les clefs de son passé. "En toile de fond, c’est bien plus qu’une saga puisqu’on a toute l’histoire de la révolution iranienne." Un livre très documenté et tout à fait addictif.  

Les Bookstragrammeurs votent Pete Fromm !

Avec Le lac de nulle part, publié chez Gallmeister, Pete Fromm, une fois de plus, impressionne ses fans de plus en plus nombreux en France ! Ses récits sont des invitations au voyage dont on sort changés… et souvent secoués. Son dernier roman ne fait pas exception. Cela fait bientôt deux ans que Trig et Al, frère et sœur jumeaux, n’ont plus de contact avec leur père. Et voilà qu’il réapparaît dans leur vie et réclame une dernière aventure : un mois à sillonner ensemble en canoë les lacs du Canada. À la fois excités à l’idée de retrouver la complicité de leur enfance et intrigués par ces retrouvailles soudaines, les jumeaux acceptent le défi de partir au milieu de nulle part. "Un drame va alors survenir, mais était-il calculé depuis le début ?", s'interroge et... nous interroge @read.by.laurie. "Les romans de Pete Fromm sont toujours terriblement humains", analyse @brunebottero. Ici la surface glacée de l’eau sert de miroir à nos peurs, nos colères et nos espoirs. Un page-turner aussi brillant qu’obsédant.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.