Livre d'entretiens de Nicolas Hulot : l'ancien ministre "connaissait notre démarche", se défend Eric Fottorino

"J'ai parlé à Nicolas Hulot au téléphone et je pense que nous avons dissipé le malentendu", affirme lundi Eric Fottorino, à propos du livre d'entretiens avec l'ancien ministre qui sort cette semaine.

Eric Fottorino affirme que Nicolas Hulot était au courant de ce projet de livre d\'entretiens.
Eric Fottorino affirme que Nicolas Hulot était au courant de ce projet de livre d'entretiens. (PIB / MAXPPP MAXPPP)

Nicolas Hulot "connaissait notre démarche", a affirmé lundi 10 septembre sur franceinfo Eric Fottorino, directeur de la publication de l'hebdomadaire Le 1, qui signe la préface du livre Ne plus me mentir (Les éditions de l'Aube). Lundi matin, sur franceinfo, Nicolas Hulot a démenti être associé à la sortie de ce livre d'entretiens, qui doit paraître vendredi 14 septembre. "Je lui ai parlé depuis au téléphone et je pense que nous avons dissipé le malentendu", a ajouté Eric Fottorino.

franceinfo : Êtes-vous surpris de cette réaction du ministre ?

Eric Fottorino : Oui, d'ailleurs, je lui ai parlé depuis au téléphone et je pense que nous avons dissipé le malentendu. Il est évident que je n'allais pas faire un livre dans le dos de Nicolas Hulot, où sont rapportés des propos de Nicolas Hulot, ce qui n'aurait évidemment pas eu de sens. Il n'est pas l'auteur du livre, au sens où il n'y a aucune opération commerciale. Il ne touchera pas d'argent sur ce livre. Je crois que c'est ça qui l'a gêné : qu'on s'imagine qu'il voulait se faire de l'argent sur sa parole.

L'aviez-vous prévenu de votre projet ?

Notre démarche, il la connaissait. À la minute où il est sorti des studios de France Inter, j'ai contacté son chargé de communication pour lui dire que c'est une parole qui allait s'envoler et que ce qui était important, c'est que les écrits restent. J'ai demandé deux choses. J'ai demandé au cabinet de Nicolas Hulot de pouvoir republier l'entretien qu'il avait donné au 1 fin juin, qui est une sorte d'explication anticipée de sa démission et j'ai demandé à France Inter si je pouvais retranscrire la totalité de cet entretien, ce qui m'a été accordé. À partir de là, évidemment que je n'ai rien fait en dehors de Nicolas Hulot et surtout de son service de communication. Je pense que peut-être que l'information n'a pas été assez claire entre eux. Mais il n'y a eu aucune prise en traître.

Comprenez-vous que cela puisse porter à confusion ?

C'était un moment public très important, une actualité chasse l'autre et je pensais que c'était fondamental de publier ces propos. Un texte, ce n'est pas la même chose qu'une parole qui s'envole. Peut-être qu'il n'avait pas anticipé ce que cela voudrait dire. Sur le livre, il est écrit "entretiens avec Nicolas Hulot". C'est une parole qui va s'envoler et ce qui est important c'est que les écrits restent. Ce n'est pas du tout une opération commerciale, c'est avant tout une entreprise éditoriale, c'est un livre d'entretiens.