Le philosophe Michel Serres est mort à l'âge de 88 ans

L'homme de Lettres siégeait à l'Académie française depuis près de 30 ans. Il sera enterré le 8 juin dans sa ville natale d'Agen.

Le philosophe Michel Serres dans sa résidence parisienne le 5 mai 2012.
Le philosophe Michel Serres dans sa résidence parisienne le 5 mai 2012. (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN / AFP)

Le philosophe Michel Serres, figure intellectuelle familière du grand public, est décédé samedi à l'âge de 88 ans, annonce sa maison d'édition, Le Pommier. "Il est mort très paisiblement à 19h entouré de sa famille", déclare son éditrice Sophie Bancquart.

FRANCE 2

Passionné notamment par l'écologie et l'éducation, l'académicien s'est intéressé à toutes les formes du savoir, anticipant les bouleversements liés aux nouvelles technologies de la communication. Il avait reçu le prix Médicis pour Les Cinq sens en 1985, mais son principal succès populaire est arrivé deux décennies plus tard, en 2012, quand Petite Poucette s'était vendu à 270 000 exemplaires. Rien à voir avec les contes de fées, ce titre était un clin d'oeil à la maestria avec laquelle certains utilisent leurs pouces pour taper sur leurs portables. Son dernier livre, Morales espiègles, était paru en février.

Pluie d'hommages

Le président Emmanuel Macron a réagi dimanche, au lendemain de la mort de Michel Serres : "Le monde perd un grand intellectuel, qui fit briller la tradition philosophique française au-delà de nos frontières. Les Français perdent un visage familier qui sut mettre son érudition au service de tous, et qui, jusqu'au seuil de sa vie, chercha à éclairer de son savoir et de son intelligence la vie de notre Nation", stipule le communiqué de l'Elysée.

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités ont rendu hommage à l'humaniste. "Adieu Michel Serres, l'honnête homme par excellence, du 20e et du 21e siècles, éclectique, humaniste et visionnaire. (...) Sa pensée sur l'éducation continuera à nous influencer", a salué le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer sur Twitter.

Son collègue de la Culture, Franck Riester, a rendu hommage à une pensée "lumineuse et moderne, poétique et accessible". "La chaleur de sa voix nous manque déjà", a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

"Oser, tenter, rester jeune toute sa vie et penser demain plutôt que de ressasser sans cesse hier", a commenté Raphaël Glucksmann, tête de liste PS aux européennes, alors que la députée LFI Clémentine Autain salue la mémoire d’un "homme de partage".

Pour Yannick Jadot (EELV), c'était "un grand humaniste, qui est toujours resté en lien avec son temps et a gardé une confiance formidable dans la jeunesse". Pour Jack Lang, qui a eu l'occasion de le côtoyer autrefois en tant que ministre de la Culture de François Mitterrand puis plus récemment comme président de l'Institut du monde arabe, c'est "l'idée d'une philosophie joyeuse (qui) s'en est allée".

Professeur à l'université de Stanford

L'ancien officier de marine, qui a sillonné l'Atlantique et la Méditerranée et participé comme enseigne de vaisseau à la réouverture du canal de Suez, s'était tourné vers l'enseignement à la fin des années 50. Avec toujours la volonté de s'affranchir des frontières des disciplines universitaires. En 1990, il est élu à l'Académie française, où il est reçu l'année suivante sans la traditionnelle épée, "en signe de paix" en pleine Guerre du Golfe.

L'académicien, était aussi professeur à l'université californienne de Stanford. C'est dans cette université californienne qu'en septembre 1981, un colloque sur "l'auto-organisation" avait été organisé, dont Michel Serres fut le conférencier vedette, relate Le Monde.

Il était encore invité sur franceinfo dimanche 26 mai dans l'émission "Questions politiques". Il a animé une chronique sur franceinfo, baptisée "le sens de l'info" pendant 14 ans.