L'invité : Christophe Deloire présente son album pour la liberté de la presse

Les publications de Reporters sans frontières permettent de financer les actions de l'ONG qui défend la liberté de la presse. Son secrétaire général, Christophe Deloire, est l'invité du Soir 3.

En 2019, les traditionnelles photos des albums ont laissé la place aux illustrations de Sempé, un coup de crayon fin comme son humour. "C'est un génie Sempé, et à l'heure des réseaux sociaux, où il y a des propos haineux, c'est quelqu'un qui arrive à parler de prétentions, de défauts, de fragilité avec nuance, tact et sans cruauté", avoue Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières.

Un lien avec le combat de Reporters sans frontières ? "En fait, il y a un lien assez étroit entre journalisme, grand reportage, investigation et de l'autre coté l'humour. Les régimes qui empêchent les uns de travailler empêchent les autres aussi de faire de l'humour. Pourquoi ? Parce c'est un moyen d'élargir le pluralisme interne, de remettre en cause notre vision du monde, nous décentrer et ça aide notre liberté intérieure", explique le journaliste.

La France classée seulement 32e

La satire est pourtant malmenée dans le monde ? "C'est très ennuyeux qu'il y ait une forme de renfermement et il n'y a pas besoin de dictature. Le fait de renoncer parce que ça choque (…) c'est dommage parce que ça rétrécit le spectre de la discussion", reconnait Christophe Deloire.

La France est seulement située au 32e rang de la liberté de la presse… "En France, certains veulent se débarrasser des médias, il y a eu des propos de responsables politiques extrêmement virulents, des passages à l'acte de militants lors de meetings politiques, des actes lors des manifestations des "gilets jaunes", etc.", dit-il.
Reporters sans frontières reste une organisation française qui agit essentiellement à l'étranger contre les "prédateurs de la liberté de la presse".

Le JT
Les autres sujets du JT
Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontière
Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontière (BERTRAND GUAY / AFP)