L'auteure et journaliste américaine Joan Didion est morte à 87 ans

L'écrivaine est morte chez elle à New York, des suites de la maladie de Parkinson.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Joan Didion assiste à un gala à New York (Etats-Unis), le 24 septembre 2012. (JEMAL COUNTESS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

L'auteure et journaliste américaine Joan Didion, icône de la littérature connue pour sa chronique de la Californie des années 60, est morte jeudi 23 décembre à 87 ans, a annoncé le New York Times (article payant en anglais). L'écrivaine, auteure de plusieurs scénarios pour le cinéma, est morte chez elle, à Manhattan, des suites de la maladie de Parkinson, a rapporté le quotidien. 

Figure de la grande tradition américaine du journalisme littéraire, Joan Didion avait partagé sa vie entre la Californie, où elle était née à Sacramento le 5 décembre 1934, et New York. Après un premier roman, en 1963, Run River, qui n'avait pas connu le succès, elle était partie documenter la contre-culture hippie à San Francisco en 1967, pour le Saturday Evening Post. De cette plongée avait émergé un texte célèbre, Slouching towards Bethlehem, reportage à la première personne, qui avait fait sa renommée.

Revenue à New York avec son mari, l'auteur John Gregory Dunne, elle s'était initiée plus tard au journalisme politique, dont elle avait regroupé ses expériences dans un recueil de 2001, Political Fictions. Certains avaient vu ensuite, dans sa description d'une "classe politique professionnelle" déconnectée du quotidien des électeurs, un avertissement prémonitoire de l'ère Trump. Après la mort de son mari et de sa fille, elle avait aussi puisé dans son chagrin l'énergie pour rédiger deux récits autobiographiques, L'Année de la pensée magique (2007) - récompensé par le prestigieux National Book Award - et Le Bleu de la Nuit (2011).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.