L'anglais trop présent au salon Livre Paris en mars selon une tribune du Monde

Suite à l’emploi récurent de termes tels que Littérature "Young Adult", événement en "live", "bookroom", "photobooth, une centaine d'écrivains, d'essayistes, de journalistes et d'artistes ont dénoncé samedi dans une tribune du quotidien "Le Monde" le recours de plus en plus fréquent à des termes anglais, jusqu'au sein du salon Livre Paris attendu en mars.

Visiteurs au Livre Paris 2018
Visiteurs au Livre Paris 2018 (PATRICK KOVARIK / AFP)
"A Paris, dans un salon consacré au livre et accessoirement à la littérature, n'est-il plus possible de parler français ?", s'interrogent-ils, en dénonçant l'emploi de "globish" (anglais au vocabulaire limité) sur le site Internet de la manifestation, prévue en mars à Paris, site "qui a été, depuis l'écriture de cette tribune, actualisé".

La goutte de trop

"Pour la deuxième année consécutive, la littérature ‘Young Adult’ est mise à l'honneur au salon Livre Paris", peut-on encore lire sur le site.

"Pour nous, intellectuels, écrivains, enseignants, journalistes et amoureux de cette langue venus de tous les horizons, "Young Adult" représente la goutte d'eau qui fait déborder le vase de notre indulgence, de notre fatalisme parfois", expliquent les auteurs de la tribune parmi lesquels figurent Tahar Ben Jelloun, Jean-Louis Fournier, Jean-Michel Guenassia, Michel Le Bris ou encore Catherine Millet, Denis Podalydès, Michel Serres et Leïla Slimani.

Mercantilisme

"Nous savons qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de mode, de modernité chic. Nous savons fort bien qu'il s'agit au fond de commerce et de mercatique, d'impérialisme linguistique pour mieux vendre partout les mêmes produits", assènent-ils.

"Nous demandons aux responsables du Syndicat national de l'édition et de Livre Paris d'exclure toute terminologie anglaise lorsqu'elle n'est pas indispensable", poursuivent les signataires.

"Nous demandons au ministre de la Culture de veiller, avec bien plus d'énergie qu'il ne le fait, à la défense et au respect de la langue française dans sa sphère de compétences. Aucune subvention ne peut être accordée à une manifestation culturelle où un seul mot français serait remplacé inutilement par un mot anglais", réclament-ils enfin.

Le salon Livre Paris se tiendra du 15 au 18 mars.