"Dong !" La nouvelle revue de reportages des 10-15 ans pour se poser et mieux comprendre le monde

"Pas vraiment un magazine, pas vraiment un livre", c'est "Dong !", une nouvelle revue destinée aux 10-15 ans. Reportages, enquêtes, photographies et des illustrations soignées, jeux, entretiens, brèves, Dong a pour ambition de proposer aux ados une "alternative aux écrans" pour appréhender le monde qui les entoure avec plus de sérénité. 3 questions à Raphaële Botte, co-fondatrice de la revue.

Couverture du numéro 1 de la revue Dong !
Couverture du numéro 1 de la revue Dong ! (Actes Sud)
Un ballon dirigeable comme une invitation au voyage en couverture, le premier numéro de Dong ! est disponible à partir de ce mois de janvier. 4 exemplaires sont prévus par an, les 10-15 ans pourront l'acheter dans les librairies, 12 euros l'exemplaire, ou bien s'abonner. A l'origine de cette heureuse initiative, un binôme : Raphaële Botte, journaliste (Mon Quotidien, Lire, Le Monde des Livres), et Isabelle Péhourticq, éditrice (responsable des documentaires chez Actes Sud). La revue est publiée par les éditions Actes Sud Junior.
Reportage sur les ours, Sandra Laboucaire, illustré par Julien Guillem / Dong !
Reportage sur les ours, Sandra Laboucaire, illustré par Julien Guillem / Dong !
Le lâcher de deux nouvelles ourses slovènes dans les Pyrénées à l'automne est l'occasion pour la revue de proposer une enquête sur la piste de cet animal autant admiré que craint par les populations locales, habitants, éleveurs, bergers, ou écologistes. La journaliste, qui raconte son aventure à la première personne, suit une équipe du Réseau Ours brun, qui collecte les traces de la présence des ours dans la montagne. Une manière très concrète de faire comprendre aux ados les enjeux de la réintroduction du sauvage animal en France, démarrée en 1996, tout en donnant la parole à tous les protagonistes de l'affaire et en glissant des informations passionnantes sur l'animal.

"Raconter des histoires vraies"

D'autres reportages suivent, sur l'Urbex (exploration des friches urbaines, de lieux abandonnés), sur l'école des hackers, sur une classe d'allophones dans un collège, prétexte aussi pour découvrir des histoires de vies d'enfants exilés. Chaque reportage est déroulé à hauteur d'ado, avec un souci de raconter des "histoires vraies", capables de susciter chez le lecteur l'empathie, "dont chacun a besoin pour comprendre l'autre".

Le magazine propose également des entretiens, des jeux, et promet "des rubriques régulières proches de l'univers des collégiens". On retrouve notamment "Là-bas si j'y suis", une correspondance entre un ado français et son homologue d'un pays lointain. Dans le premier numéro, on découvre les mails que s'échangent Anaïs, 13 ans, une jeune fille qui vit à Choisy-le-Roi en région parisienne, et Mimi, 14 ans, originaire de Xi'an en Chine. Il semblerait que les 8000 kms qui les séparent n'empêchent pas une conversation à bâtons rompus.

Souhaitons bonne route à cette belle initiative, qui propose aux ados de sortir de la passivité, du temps court des écrans, des réseaux sociaux, des notifications, de la course aux fake news, en leur offrant un temps de pause, avec des textes longs, une rigueur journalistique, des histoires humaines à découvrir pour mieux comprendre le monde qui les entoure. Une sorte de petite soeur de la revue XXI, pour les ados cette fois.

3 questions à Raphaële Botte, journaliste et co-fondatrice de Dong !

Raphaële Botte, journaliste et co-fondatrice de Dong !
Raphaële Botte, journaliste et co-fondatrice de Dong !

Dong ! C'est quoi ?
Dong ! C'est une revue de reportages pour les 10-15 ans, avec des reportages, récits vrais, portés par des narrations, des codes de la fiction. En revanche et c'est un choix, il n'y a pas de fiction dans Dong !

Quel est l'objectif de Dong ! ?
Nous avons la volonté de donner le goût de ce type de récit, le goût du reportage, loin de l'actualité chaude. Nous ne souhaitons pas être trop didactiques non plus. Par exemple, pour le numéro deux nous allons publier un reportage sur les Centres éducatifs fermés. Ce sera un reportage photographique, avec des longues légendes, et pas un exposé sur la justice des mineurs. On privilégie le récit, qui peut leur permettre de comprendre, d'entrevoir du moins, comment fonctionne la justice des mineurs. De la même manière, dans le premier numéro de Dong !, le reportage consacré à la classe UPE2A (pour les nouveaux arrivants) n'est pas un reportage didactique sur comment on apprend le français au collège, mais plutôt des récits de vie. On peut espérer qu'en s'attachant à des personnages comme Salomé ou Fatoumata, qui a un sacré caractère, les ados seront sensibilisés aux difficultés, mais aussi aux choses plus chouettes, à la richesse de cette classe. On essaie d'éviter au maximum les encadrés, les notes de bas de page, qui cassent la lecture. On a aussi fait attention au vocabulaire employé. Parfois on laisse des mots sans définition, pour ne pas alourdir avec des notes de bas de page, mais on fait attention à ce que le contexte permette à l'enfant de comprendre le sens général du mot.

Quel est l'esprit de Dong ! ?
C'est un pari. Le pari du temps long. Nous espérons qu'il y a encore une petite place dans la vie des adolescents pour se poser et lire. Comme les adultes, les enfants et les adolescents sont abreuvés en continu par l'information immédiate, via les smartphones. Nous avons voulu casser ce rythme. Inviter l'enfant, l'adolescent, à se poser, à avoir du papier entre les mains, et à lire. 4 numéros par an, ça laisse le temps de picorer. On a aussi privilégié plusieurs types de narrations, de formats journalistiques : le reportage, l'entretien, et même un jeu. On se dit que ça peut aider à entrer dans les textes des reportages. Ce que nous souhaitons, c'est une liberté de forme. Nous ne voulons pas d'un magazine formaté, mais une diversité de tons. J'aimerais bien que la montgolfière en une du premier numéro soit le symbole de l'esprit de Dong ! Quelque chose qui permet de voyager, de découvrir le monde, et qui donne un peu de hauteur...