À Limoges, deux amis acteurs privés de théâtre réalisent un conte pour enfants en utilisant les techniques de l'improvisation

"Nafissa et les esprits du Nord" est né de l'imagination d'une illustratrice et d'un avocat. Deux amis férus de théâtre d'improvisation. Pendant le premier confinement, ils ont mis leur passion au profit de la création de ce conte pour enfants. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Illustration de Nafissa et les esprits du Nord, de Laure Phelipon et Arnaud Toulouse (Laure Phelipon)

Laure Phelipon et Arnaud Toulouse partagent la passion du théâtre d'improvisation. Et cultivent d'autres talents, le dessin pour elle, l'écriture pour lui. Mais au printemps dernier, la crise sanitaire entre dans nos vies, avec le confinement et le premier acte de la fermeture des lieux de culture. Les deux amis se retrouvent ainsi privés de leur rendez-vous hebdomadaire sur scène. 

Dépossédés de leur loisir, ils en imaginent un autre : donner vie à un conte pour enfants en suivant la même mécanique que durant un cours d'improvsation. Grâce à une campagne de financement participatif qui a connu un grand succès, leur livre Nafissa et les esprits du Nord va être publié. 

Sortie de "Nafissa et les esprits du Nord"

Un ping-pong créatif

Dans son atelier, Laure Phelipon travaille sur de nouveaux projets et peaufine la naissance sur papier de Nafissa et les esprits du Nord. La fin d'une belle aventure, débutée avec une contrainte : le confinement. "Arnaud m'a proposé qu'on continue l'improvisation malgré le confinement, mais d'une manière détournée et conforme au fait qu'on ne pouvait pas sortir de chez nous !", se souvient-elle. 

Elle dessine, lui écrit. Elle lui envoie un premier croquis, il répond avec un texte, et elle répond avec un autre dessin... Une partie de ping-pong créatif qui a donné naissance à leur premier livre en commun.

L'art pour supporter la crise sanitaire

Nafissa et les esprits du Nord est l'histoire d'une jeune Africaine, petite sorcière, qui protège son village natal grâce à une barrière magique. Des intrus vont venir briser cette barrière, et la jeune fille se trouve plongée dans une belle aventure en forme de quête initiatique. 

Un processus créatif qui a également aidé Laure Phelipon a supporter la période. "L'être humain a besoin de rebondir" dit-elle. "L'art est super important dans des périodes comme celles-là. Ca nous aide à retrouver du dynanisme, de la joie". Avec, au bout du chemin, la publication d'un ouvrage, belle partition entre deux amateurs d'improvisation, qui attendent avec impatience de retrouver les planches. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.