Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Houellebecq : une mère défaillante, la blessure de sa vie ?

Pour tenter de percer le mystère Houellebecq, "Complément d'enquête" s'est penché sur son enfance solitaire, marquée par l'abandon maternel. Clément Castex a rencontré des proches de la famille de l'écrivain.

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE / FRANCE 2

"Lorsque j'étais bébé, ma mère ne m'a pas suffisamment bercé, cajolé. (...) C'est tout, et ça explique l'intégralité de ma personnalité, ou à peu près. Ses zones les plus douloureuses, en tout cas." Dans l'un de ses textes, en 2005, Michel Houellebecq évoque ainsi la blessure de sa vie : l'abandon maternel.

Qui était sa mère, Janine Ceccaldi ? A-t-elle vraiment abandonné son fils ? Pour le journaliste Denis Demonpion, un proche des parents de Michel Houellebecq, aujourd'hui décédés, les choses sont plus complexes. "Michel vous dira que oui [sa mère l'a abandonné], elle vous dira que non. Elle versait une pension à Henriette Houellebecq, la grand-mère de Michel [qui l'a élevé], elle subvenait à tous ses besoins, pour ses études, etc. Mais est-ce que l'argent suffit quand on est un enfant ? Sûrement pas."

Naissance à La Réunion

Le petit Michel est né à La Réunion, en 1956. Sa mère, Janine Ceccaldi, est médecin et militante communiste ; son père, René Thomas, est guide de haute montagne. Un sportif "plutôt bel homme" dont Janine est "très amoureuse", selon Denis Demonpion. "Assez curieusement, René n'a qu'une idée en tête : dès que l'enfant est né, raconte-t-il, fiche le camp en Afrique pendant un an." 

Elevé par sa grand-mère

Les parents laissent l'enfant chez sa grand-mère paternelle, Henriette Houellebecq, dont l'écrivain prendra plus tard le patronyme. Au retour, le couple se sépare. A La Réunion, la médecin généraliste refuse d'accueillir son fils : elle travaille trop. Elle ne veut pas prendre de nounou car elle considère que ce serait "habituer l'enfant à avoir des domestiques", explique Denis Demonpion. Michel reste donc chez sa grand-mère. 

Une enfance solitaire, de bonnes études

Seul, chez Henriette d'abord, puis en internat, l'enfant voit son père pendant les vacances, sa mère une fois par an. Il grandit la tête dans les bouquins, fait de bonnes études, une école d'ingénieur, se marie, devient jeune papa. Puis Michel Thomas enchaîne les contrats dans l'informatique. Mais, passionné de poésie, il rêve d'écrire. A 36 ans, il adresse une lettre à sa mère pour lui demander de réaliser sa part d'héritage, précisant que "toute lettre qui ne sera pas accompagnée d'un chèque partira directement à la poubelle". Selon Margie Sudre, qui était sa confidente, celle-ci le prend très mal.

Règlement de comptes par livres interposés

Le lien est rompu, jusqu'au jour où la maman prend la plume pour régler ses comptes avec son fils. En cause : un personnage des Particules élémentaires qui porte son nom. Une vieille hippie accro à ses amants, qui finit assassinée. Humiliée, Janine change de prénom et devient Lucie. Dans son livre intitulé L'Innocente, elle écrit : "Avec Michel Houellebecq, mon fils, on pourra se reparler le jour où il ira sur la place publique, ses Particules élémentaires dans la main, et qu'il dira 'Je demande pardon'." 

Extrait de "Michel Houellebecq : moi, moche et méchant ?", un portrait diffusé dans "Complément d'enquête" le 5 septembre 2019.