Des propos "anti-flic" de Yann Moix ne passent pas : un syndicat saisit le CSA

Le syndicat alternative police CFDT a annoncé samedi soir avoir saisi le CSA après des propos de l'écrivain Yann Moix. Les policiers "chient dans leur froc", a notamment déclaré le polémiste dans l'émission "Les terriens du samedi" de Thierry Ardisson.

Yann Moix, écrivain, réalisateur et polémiste en juin 2018.
Yann Moix, écrivain, réalisateur et polémiste en juin 2018. (Sarah Alcalay/SIPA)

"Vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux"

Yann Moix a tenu ces propos lors de l'émission de Thierry Ardisson sur C8 qui avait invité le journaliste Frédéric Ploquin, venu présenter son livre "La peur a changé de camp", et deux policiers venus témoigner.

"Si vous venez dire ici que les policiers ont peur, vous savez bien que la faiblesse attise la haine: dire que vous chiez dans votre froc, alors que vous faites un métier qui devrait prendre cette peur en compte...", a -t-il dit sans terminer son raisonnement.

L'ancien polémiste de l'émission "On n'est pas couché" a également accusé les policiers de se "victimiser à longueur d'émission de télévision" alors que leurs "cible préférées sont les pauvres et les milieux défavorisés". "Je suis moi-même spectateur du harcèlement que vous pratiquez sur des gens inoffensifs (...) parce que, effectivement, la peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux", a-t-il ajouté.

Le polémiste invité à "faire un reportage avec des policiers dans les quartiers"

Yann Moix "profite de sa célébrité médiatique pour déverser tout son fiel de haine anti-flic", a dénoncé dans un communiqué le syndicat Alternative CFDT, condamnant des propos "à vomir".

Le syndicat, qui a saisi le CSA, a invité Yann Moix à "faire un reportage avec les policiers dans les quartiers difficiles et s'en prendre +plein la gueule+ et on verra bien s'il a +les couilles+ de rester sur place".

Le syndicat Alternative CFDT, qui a saisi samedi le conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), "regrettant l'absence d'annonce d'une poursuite en justice" par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a annoncé dimanche qu'il déposerait plainte lundi, "soit pour injures publiques, soit pour diffamation".

Deux autres syndicats de policiers s'indignent

Son homologue SCSI-CFDT, qui a également saisi le CSA, invite "les policiers et ceux qui les soutiennent à se désabonner de Canal+", si Yann Moix est maintenu comme chroniqueur sur C8, chaîne du groupe Canal+.

Yann Moix, "récidive", a pour sa part réagi le syndicat Alliance faisant référence à une précédente polémique lancée par l'écrivain en début d'année lorsqu'il avait accusé les policiers de "violences" dans les camps de migrants à Calais.  Il avait alors certifié avoir des preuves vidéos, que les syndicats de police "attendent toujours". 

"Les policiers ont des couilles et ne chient pas dans leurs frocs. Ils ne se victimisent pas mais travaillent dans des conditions très difficiles", a déclaré à l'AFP Fabien Vanhemelryck, secrétaire général délégué d'Alliance. "Ce genre de propos ne fait qu'attiser la haine et est inacceptable", a-t-il ajouté, invitant l'écrivain à "s'imprégner directement de la réalité du terrain en se déplaçant sur ces lieux 'dits sensibles'".

Gérard Collomb condamne les propos de Yann Moix

Dimanche matin, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a dénoncé sur Twitter les "propos intolérables" de Yann Moix, "grossier sur la forme, indécent sur le fond".
https://twitter.com/gerardcollomb/status/1043782140536791042

Le directeur général de la Police nationale, Eric Morvan, a réagi quelques heures plus tard lui aussi sur Twitter.
https://twitter.com/DGPNEricMorvan/status/1043829191400206336
https://twitter.com/DGPNEricMorvan/status/1043829528731308033