Gabriel Matzneff "regrette" ses pratiques pédophiles en Asie

"On peut parfois faire des choses sans y penser. Je dois dire qu'à l'époque, personne ne pensait à la loi", a déclaré l'écrivain dans une interview à BFMTV diffusée mercredi.

Gabriel Matzneff en 2015.
Gabriel Matzneff en 2015. (ULF ANDERSEN / ULF ANDERSEN / AFP)

Gabriel Matzneff, sous le coup d'une enquête pour viols sur mineur, a affirmé "regretter" ses pratiques pédophiles passées en Asie, dans un entretien accordé à BFMTV et diffusé mercredi 29 janvier. "Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. (...) Naturellement je regrette", dit-il, même si, fait-il valoir, "à l'époque", "jamais personne ne parlait de crime".

L'écrivain a relaté dans ses livres ses conquêtes et ses aventures sexuelles, y compris avec des jeunes garçons lors de voyages en Asie. "On peut parfois faire des choses sans y penser. Je dois dire qu'à l'époque, personne ne pensait à la loi", a-t-il déclaré.

Il ne veut pas lire l'ouvrage de Vanessa Springora

Interrogé sur le livre de Vanessa Springora, Le Consentement, Gabriel Matzneff déclare : "Je n'ai pas envie de le lire car je garde de merveilleux souvenirs." Et d'affirmer : "Nous avons vécu une durable et magnifique histoire d'amour." 

Une vision que ne partage pas Vanessa Springora. Elle raconte dans son livre sa relation avec Gabriel Matzneff alors qu'elle était adolescente. "A 14 ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n'est pas supposée vivre à l'hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche, à l'heure du goûter", écrit-elle.

Dans un entretien à France Culture, elle a raconté comment elle a réalisé que leur histoire n'était pas de l'amour : "Tout d'un coup je me suis rendu compte, en le lisant, que eux et moi, ces très jeunes enfants dont il parle dans son journal qu'il va payer à Manille (Philippines) pour avoir des relations avec eux, je me suis sentie tout à fait solidaire d'une certaine manière", a-t-elle raconté. "J'ai compris la manipulation dans laquelle j'étais tombée. J'étais face à quelqu'un qui était un prédateur et pas un amoureux des enfants, mais un chasseur."