Cet article date de plus de six ans.

Les studios de Bry-sur-Marne sauvés in extremis

Menacés de fermeture au printemps, les studios de cinéma et de télévision de Bry-sur-Marne, dans le Val-de-Marne près de Paris, ont trouvé in extremis un nouvel exploitant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (D'un "Long dimanche de fiançailles" de Jean-Pierre Jeunet (ci-contre) à "Marie-Antoinette"  de Sofia Coppola en passant par "Hunger Games" de Gary Ross, les studios de Bry-sur-Marne ont vu passer de grands noms du cinéma © Maxppp)

C’est la fin de plusieurs mois d’incertitude. Transpalux, société de location de matériel pour le cinéma, vient de signer un bail commercial "de long terme" avec le promoteur immobilier Nemoa, propriétaire des studios de Bry-sur-Marne, situés à l’Est de Paris. Exploités depuis 2001 par Euromedia, locataire depuis mi-2013 et qui avait décidé de partir à l’expiration de son bail le 15 avril,  ces studios de télévision et de cinéma étaient menacés de disparaitre, ce qui aurait été une immense perte selon les professionnels du secteur.

Avec leurs huit plateaux de tournage et leurs 15.000 mètres carrés d’annexes au service de la fabrication de décors notamment, les studios de Bry-sur-Marne ont vu passé depuis leur ouverture en 1987 de grands noms du septième art. Leur fermeture annoncée pour le printemps avait suscité la mobilisation de nombreux réalisateurs, tels que François Ozon, Roman Polanski ou encore Jean-Pierre Jeunet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.