Héritage de Johnny Hallyday : la justice ordonne le gel de 37,5% des royalties versées par les maisons de disque

Cette part correspond à ce qui revient aux deux aînés du chanteur, Laura Smet et David Hallyday, opposés à Laeticia Hallyday dans une bataille judiciaire sur l'héritage de la star.

Promotion de l\'album posthume de Johnny Hallyday \"Mon pays c\'est l\'amour\", le 19 octobre 2018 dans un supermarché de Reims.
Promotion de l'album posthume de Johnny Hallyday "Mon pays c'est l'amour", le 19 octobre 2018 dans un supermarché de Reims. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

La justice a ordonné mardi 18 décembre le gel de 37,5% des royalties issues des albums de Johnny Hallyday. C'est la moitié du pourcentage que réclamaient les deux aînés du chanteur, Laura Smet et David Hallyday, selon les informations recueillies par franceinfo. Ces derniers assignaient en référé trois maisons de disques, Universal, Warner et Sony, et réclamaient le gel de 75% des royalties liées aux albums du chanteur. 

Le droit français pour l'heure privilégié

Les juges en référés ont donc accordé une première manche à Laura Smet et David Hallyday en appliquant le droit français, excluant du calcul les deux filles adoptives du chanteur, Jade et Joy, qui vivent avec leur mère, Laeticia, à Los Angeles aux États-Unis. La partie est cependant loin d'être jouée car nul ne sait si le droit français prévaudra dans cette bataille sur l'héritage. Le dernier testament connu du chanteur a été signé aux États-Unis et était favorable à Laeticia Hallyday.

Une audience se tiendra le 22 mars à Nanterre pour déterminer la compétence du droit français. Mais d'ici là, une autre manche se jouera le 22 janvier devant une cour californienne. La justice américaine décidera si les royalties, entre autres, seront versées au trust destiné à intégrer tous les actifs de Johnny Hallyday. Un trust qui pour l'heure, n'a toujours pas de gestionnaire.

>> RÉCIT. Comment le clan Boudou a hérité du business Johnny Hallyday.

L'album posthume de Johnny, Mon pays c'est l'amour s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires et est désormais double disque de diamant. Johnny Hallyday avait établi son record personnel en 1999 avec l'album Sang pour sang, enregistré avec son fils David et vendu à plus de deux millions d'exemplaires.

En avril dernier, la justice avait tranché une première fois en faveur de David et Laura. Le tribunal de grande instance de Nanterre avait ordonné le gel des biens de Johnny Hallyday dans le cadre du conflit qui les oppose à Laeticia Hallyday, empêchant cette dernière de vendre notamment les résidences de Marne-la-Coquette (Hauts-de-Seine) et de Saint-Barthélemy (Antilles).