EN IMAGES. "Un tatouage, c'est à la vie, à la mort" : ces fans ont Johnny dans la peau

Quatre amateurs inconditionnels de la star racontent à franceinfo comment ils se sont fait tatouer leur idole, aujourd'hui disparue. 

Tatouage réalisé sur Emmanuel, 48 ans, en 2015 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire).
Tatouage réalisé sur Emmanuel, 48 ans, en 2015 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire). (MANU BADET)

Leur idole n'est plus, mais elle reste gravée à l'encre sur leur peau. Pour de nombreux fans, le tatouage de Johnny Hallyday, mort dans la nuit du 5 au 6 décembre, est incontournable. La star avait elle-même la peau recouverte de symboles et dessins en tout genre. Quatre admirateurs racontent à franceinfo comment Johnny est devenu indélébile pour eux. 

>> Suivez les hommages rendus à Johnny Hallyday dans notre direct

Sonia, 35 ans : "Je me suis toujours dit : 'mon premier tatouage, il sera pour Johnny'"

Tatouage réalisé sur Sonia, 35 ans, à Montreux (Suisse).
Tatouage réalisé sur Sonia, 35 ans, à Montreux (Suisse). (FABIEN PLETSCHER / THINK TATTOO)

Sonia, vendeuse à Montreux (Suisse), a attendu ses 35 ans avant de se faire tatouer en hommage à Johnny Hallyday. "Je me suis toujours dit : 'mon premier tatouage, il sera pour Johnny'." Après avoir rassemblé assez d'économies et bien réfléchi à ce qu'elle voulait, la jeune femme a poussé la porte de Think Tattoo, où Fabien Pletscher lui a dessiné ce qu'elle souhaitait : une tête de mort – car c'est "un symbole porté par Johnny" – avec des roses. Ils ont ensuite "cherché sur internet la signature" du chanteur, pour la reproduire à côté. "C'est la seule fois que j'ai réalisé un tatouage Johnny", confie le tatoueur à franceinfo.

Il a bercé ma vie. Aujourd'hui, c'est une partie de mon monde qui s'écroule.Sonia à franceinfo

"Je me suis souvent déplacée à Paris pour voir ses concerts. J'aurais rêvé de le rencontrer, explique Sonia. Aujourd'hui, je l'ai sur la peau."

Alain, 52 ans : "On l'emmène jusqu'au bout avec nous"

Tatouage réalisé sur Alain, 51 ans, en mars 2017, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). 
Tatouage réalisé sur Alain, 51 ans, en mars 2017, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).  (MANU BADET)

Ce commerçant de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) est un fan inconditionnel mais il reste discret. Jusqu'à ses 52 ans, il n'avait jamais osé se faire tatouer sa star. "Ça faisait un peu gamin d'afficher ça en public", confie-t-il. Des problèmes de santé l'ont fait changer d'avis. "J'ai eu peur. Je me suis dit : 'c'est maintenant ou jamais'." Pour son anniversaire, en mars 2017, il apporte donc à son tatoueur, Manu Badet, un dessin de Johnny Hallyday époque fin des années 1970 : "Je le voulais pas trop fatigué." A côté, un loup, "symbole de la liberté", animal tatoué sur l'épaule du chanteur. 

Un tatouage, c'est à la vie, à la mort. On l'emmène jusqu'au bout avec nous.Alainà franceinfo

Pour Alain, "Jean-Philippe Smet est mort, pas Johnny. L'artiste est intemporel."

Emmanuel, 48 ans : "Je pense à un cinquième tatouage"

Tatouage réalisé en 2012 sur Emmanuel, 48 ans, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). 
Tatouage réalisé en 2012 sur Emmanuel, 48 ans, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).  (MANU BADET)

Emmanuel, lui-même tatoueur, est un grand fan de Johnny. Il compte pas moins de quatre tatouages du chanteur, représenté à différentes périodes de sa vie. En 2012, il demande à son tatoueur de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), Manu Badet, un Johnny jeune. "Je lui ai collé deux ailes pour faire Jésus-Chris superstar", explique ce dernier, spécialiste du portrait.   

Tatouage réalisé sur Emmanuel, 48 ans, en 2015 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire).
Tatouage réalisé sur Emmanuel, 48 ans, en 2015 à Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire). (MANU BADET)

En 2015, Emmanuel opte pour un Johnny plus vieux, avec sa "gueule burinée et usée par la vie". "Il a un joli regard, comme un petit lutin qui sort des bois", commente Manu Badet. 

Aujourd'hui, Emmanuel est en deuil. Il avait 10 ans lorsqu'il a assisté à son premier concert de Johnny, en 1979. Depuis, à chacun de ses anniversaires, il s'est fait offrir un concert, y compris à New York ou à Londres. 

Il a accompagné toutes nos faiblesses, nos rires, nos joies, nos peines. C'est juste pas possible.Emmanuelà franceinfo

"Les tatouages, ça ne console pas", ajoute Emmanuel. Il "pense tout de même en faire un cinquième", en 2018. "Ce sera sans doute une des dernières photos de lui." 

Olivier, 49 ans : "Je ne voulais pas quelque chose qui ressemble à tout le monde"

Tatouage réalisé sur Olivier en février 2017 à Bruxelles (Belgique).
Tatouage réalisé sur Olivier en février 2017 à Bruxelles (Belgique). (BLAKAPE / AARGH TATTOO)

Blakape, un tatoueur bruxellois, se souvient bien de ce tatouage, réalisé en février dernier : "Un père et sa fille sont rentrés dans le magasin puis sont ressortis. Un peu après, la fille est revenue et m'a dit que son père n'osait pas me demander un tatouage de Johnny." "Je suis un peu timide. Et c'est rare de trouver un tatoueur qui fait Johnny", se justifie Olivier, 49 ans, employé dans une société de jardinage à Bruxelles. Blakape avait justement envie de relever le défi, en évitant de tomber dans le cliché. "J'ai dit à sa fille d'aller le chercher et on a regardé mon book", explique-t-il. Ses tatouages anguleux et géométriques ont plu à Olivier : "Je ne voulais pas quelque chose qui ressemble à tout le monde." 

Olivier a "grandi avec Johnny". Il a attendu d'avoir les moyens et d'être prêt avant de se lancer dans cette expérience indélébile. 

Je l'ai fait cette année et il s'en va cette année.Olivierà franceinfo

Olivier veut désormais compléter son tatouage en faisant graver en dessous le nom de Johnny Hallyday ainsi que ses dates de naissance et de mort.