Ces sept fois où Johnny Hallyday et les politiques ont fait scène commune

Johnny Hallyday est mort mercredi à l'âge de 74 ans, des suites d'un cancer du poumon. Le chanteur avait de nombreuses fois côtoyé les politiques, pour les soutenir directement ou par simple amitié. 

Johnny Hallyday et Nicolas Sarkozy lors du meeting de l\'UMP, en septembre 2006 à Marseille.
Johnny Hallyday et Nicolas Sarkozy lors du meeting de l'UMP, en septembre 2006 à Marseille. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
avatar
Simon Le BaronRadio France

Mis à jour le
publié le

Entre Johnny Hallyday et les politiques, l'histoire est longue et complexe. Le chanteur est mort mercredi 6 décembre, des suites d'un cancer des poumons. Le rockeur a souvent pris position pour des politiques, au cours de sa carrière. Mais il en a aussi côtoyé avec qui il avait noué des liens de sympathie. Retour sur les sept fois où Johnny Hallyday a franchi la ligne entre show-biz et politique. 

1Giscard, le premier favori du rockeur

L'engagement de Johnny Hallyday aux côtés des politiques démarre en 1974. A l'époque, Johnny Hallyday s'affiche avec Danielle Gilbert et Chantal Goya. Dans leurs mains, un tee-shirt sur lequel il est écrit "Giscard à la barre". Il soutient ouvertement Valéry Giscard d'Estaing, qui va devenir président de la République quelques jours plus tard. Johnny Hallyday révèle à ce moment-là sa sensibilité politique, plutôt marquée à droite. 

2Jacques Chirac, le soutien sur scène

Dans les années 1980, le chanteur se rapproche de Jacques Chirac, qui n'est d'ailleurs pas le meilleur ami de VGE. Ainsi, le 20 mars 1988 sur l'hippodrome de Vincennes, Johnny est la star du meeting du candidat RPR, devant près de 100 000 personnes. "J'aimerais dédier cette chanson à Jacques Chirac. Nous avons tous en nous quelque chose de Jacques Chirac", dit le chanteur avant d'entamer sa chanson Quelque chose de Tennessee. À l'époque, la dédicace ne plaît pas beaucoup à l'auteur de la chanson, Michel Berger, qui a lui choisi François Mitterrand.

Quelques années plus tard, en 1997, c'est au tour de Jacques Chirac de rendre hommage à Johnny Hallyday. Il est devenu président de la République et remet la Légion d'honneur à l'idole des jeunes. "Mon cher Johnny, c'est pour moi un grand privilège de te voir avec une cravate", plaisante Jacques Chirac à l'époque. 

Encore un peu plus tard, en 2005, Johnny Hallyday prend position officiellement sur franceinfo pour le "oui" au référendum sur la constitution européenne. Il le fait pour faire plaisir à son ami Jacques Chirac, qui effectue son deuxième mandat de président de la République. 

3La gauche, un univers qu'il respecte

Si Johnny Hallyday se sent plus proches des politiques de droite, il n'est pas sectaire pour autant. Ainsi, en 1985, il se produit sur la scène de la fête de l'Humanité. "Je n'ai rien contre le parti communiste", explique-t-il alors aux journalistes. "Ce sont des gens qui nous ont accueillis d'une façon formidable, qui sont des gens très courtois. Ils organisent une belle fête tous les ans. Je ne vois pas pourquoi des chanteurs comme moi n'y participeraient pas." À l'époque, il vole la vedette à Georges Marchais, qui peine à prononcer son discours face à la foule qui réclame "Johnny, Johnny" à grands cris.

Parmi les plus grands fans de Johnny en politique, on trouve d'ailleurs Robert Hue, responsable du Parti communiste français (PCF) de 1994 à 2002 et lui-même ancien chanteur d'un groupe de rock nommé Les Rapaces.

En 2012, autre incursion à gauche, il dîne avec François Hollande pendant la campagne. Pas de volonté de soutien de la part du chanteur, mais il salue "un homme très intelligent et très sympathique".

4Nicolas Sarkozy, l'ami intime

Entre temps, Johnny Hallyday s'est lié d'amitié avec Nicolas Sarkozy. L'ancien président de la République est un fan absolu du rockeur français. Les deux hommes sont proches, à tel point que c'est Nicolas Sarkozy qui marie Johnny et Laeticia, dans sa mairie de Neuilly-sur-Seine, le 25 mars 1996.

Cinq ans plus tard, Nicolas Sarkozy se confie sur le plateau de Thé ou café, sur France 2. "C'est le fan qui les a mariés ?", interroge Catherine Ceylac. "Tout à fait, j'assume. Il a l'habitude de dire que je connais mieux les paroles de ses chansons que lui", plaisante celui qui est à l'époque député des Hauts-de-Seine. Il pousse ensuite la chansonnette et entonne quelques phrases de Gabriel, sur demande de Catherine Ceylac. 

En 2007, le chanteur franchit un cap et est en première ligne pour soutenir le candidat UMP à l'élection présidentielle. Il fait ainsi une apparition très remarquée à l'université d'été de l'UMP de Marseille, en 2006. Il y interprète plusieurs de ses tubes. Lors de l'entre-deux tours, il est également présent au meeting de Bercy, une salle qu'il connaît bien. Johnny Hallyday est également présent au Fouquet's, au soir de la victoire de Nicolas Sarkozy, le 6 mai 2007. "Je suis vraiment heureux, on l'a voulu, je sais qu'il tiendra les promesses qu'il a faites."

Johnny est tellement convaincu par la candidature de Nicolas Sarkozy qu'il envisage de revenir en France, alors qu'il s'est exilé quelques mois plus tôt en Suisse. "On va certainement revenir en France puisqu'aujourd'hui la fiscalité en France est inacceptable", confirme à l'époque sa femme Laeticia sur RTL. "Travailler les trois quarts de l'année pour l'Etat, ce n'est pas possible."

Johnny Hallyday ne reviendra finalement pas, malgré le bouclier fiscal. Il finira d'ailleurs par si dire "déçu" par Nicolas Sarkozy et par les politiques en général. "Ils nous ont tous menti, je ne peux plus croire en personne", affirme-t-il. 

52015, l'année de la rupture avec les politiques

Mais après la déception Sarkozy, on ne reprendra plus Johnny à soutenir publiquement un candidat. "J'ai dit trop de conneries qui se sont retournées contre moi", disait-il en 2015 à Paris Match. "Cela m'a renvoyé à ce que je suis : un musicien qui n'est pas armé pour parler de politique. On ne demande pas aux hommes politiques de venir chanter sur scène. Chacun à sa place, c'est bien mieux comme ça."

6Emmanuel Macron, un "ami" du chanteur

Le dernier rapprochement de Johnny Hallyday avec le monde politique a lieu en juin 2017. Lors d'un concert des Vieilles Canailles à Bercy, il fait applaudir son "ami" Emmanuel Macron, qui se trouve dans la salle avec son épouse Brigitte. De quoi susciter une petite moquerie de la part de Jacques Dutronc, l'interprète de L'Opportuniste...

7L'amour des politiques en retour

Si Johnny a souvent montré son affection pour les politiques, les politiques le lui ont bien rendu ! Ainsi, son plus fervent admirateur dans le monde politique n'est autre que l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. "Johnny, il donne, il est généreux. (...) Il y a cette forme de puissance et cette forme de douceur qui accompagne tout une génération. C'est donc pour ça qu'il est, d'une certaine façon, déjà un peu éternel puisque ses chansons nous accompagnent et nous accompagneront."

Après l'annonce de son décès, les députés ont tenu à lui rendre hommage, mercredi. Avant la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, ils se sont brièvement levés pour saluer le rockeur. Édouard Philippe a salué à cette occasion "un artiste exceptionnel" "Il faut dire combien nous avons pu, tout au long de nos vies et pour encore très longtemps j'en suis sûr, être bercés, animés et réveillés par des chansons de Johnny Hallyday", a déclaré le Premier ministre.