L'addiction aux jeux vidéo bientôt considérée comme un trouble mental par l'OMS

La grande majorité des "gamers" jouent aux jeux vidéo pour se détendre et s'amuser, sans que cela soit considéré comme un trouble mental. 

Le casque de réalité virtuelle de Sony Playstation VR présenté lors de la Paris Games Week le 27 octobre 2015.
Le casque de réalité virtuelle de Sony Playstation VR présenté lors de la Paris Games Week le 27 octobre 2015. (ELODIE DROUARD / FRANCETV INFO)

L'existence même d'une addiction aux jeux vidéo fait l'objet de vifs débats depuis de nombreuses années. Selon la presse américaine, l'Organisation mondiale de la santé est sur le point de trancher, en introduisant ce trouble dans la future mouture de la Classification internationale des maladies, dès 2018. Une première. 

En anglais, ce trouble porte le nom de "Gaming Disorder", comme "maladie des jeux vidéo". Selon l'OMS, elle s'applique ainsi aux jeux en ligne ainsi qu'aux jeux vidéo traditionnels. 

"Une perte de contrôle" 

"La maladie des jeux vidéo est répertoriée parmi les maladies des comportements addictifs, rejoignant le trouble du jeu, seule autre maladie de cette catégorie", détaille Psychology Today, mardi 26 décembre. La maladie du jeu se caractérise quant à elle, notamment, par l'addiction aux jeux de pari. 

Si la terminologie définitive n'est pas encore établie, l'OMS a toutefois défini ce trouble. Il est caractérisé par "une perte de contrôle sur le jeu vidéo" (la fréquence, la durée, l'intensité, etc.), "une priorité croissante donnée à cette activité au détriment des autres intérêts et activités de la vie quotidienne", ou encore "le fait de continuer à jouer en dépit des conséquences négatives", détaille le site. 

Attention cependant à ne pas accabler tous les joueurs. Forbes rappelle notamment que la grande majorité des "gamers" jouent aux jeux vidéo pour se détendre et s'amuser, sans que cela soit considéré comme un trouble mental. "Répertorier une activité comme un trouble mental est une question de contexte", explique le site.