Plombé par les polémiques et les bugs, le jeu vidéo "Cyberpunk 2077" est retiré des ventes par Sony

Paralysé par de très nombreux bugs et au centre de plusieurs polémiques, le jeu vidéo "Cyberpunk 2077", sorti dans le monde entier le 10 décembre, a été retiré vendredi 18 décembre par Sony de sa plate-forme en ligne PlayStation Store. 

Article rédigé par
Camille Belsoeur - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une scène du jeu vidéo Cyberpunk 2077.  (Capture d'écran du jeu Cyberpunk 2077)

"Si tu dois tout réduire en cendre, alors fais-le", conseille un personnage de Night City, la chaotique ville qui sert de décor au jeu Cyberpunk 2077. Une punchline divinatoire puisque c'est la trajectoire suivie par le studio polonais CD Projekt RED (CDPR) après le retrait de ce jeu vidéo par Sony de sa plate-forme en ligne PlayStation Store vendredi 18 décembre. 

Auréolé du succès de The Witcher, le studio CDPR avait eu la folie des grandeurs en lançant Cyberpunk 2077, un jeu au budget monstre de 270 millions d'euros et qui devait révolutionner le secteur grâce à son gameplay et ses graphismes pensés pour la rutilante Playstation 5. Mais les très nombreux bugs et défauts du jeu, que nous pointions dans un article précédent, ont finalement poussé Sony à le retirer de son catalogue officiel. 

Un risque de crise d'épilepsie 

Jeu vidéo dystopique qui était attendu depuis plusieurs années, Cyberpunk 2077 avait, dans les mois qui ont précédé sa sortie mondiale le 10 décembre, reçu des avis très positifs des médias spécialisés, qui estimaient que cet opus poussait très loin les limites de ce qui est possible techniquement aujourd'hui.  Le site metacritic.com dote Cyberpunk d'une excellente note de 87 sur 100, basé sur 69 opinions différentes et évoque : "Une histoire d'action et d'aventure, dans un monde ouvert, qui se joue à Night City, obsédée par le pouvoir, le glamour et des modifications de corps".

Mais des critiques sont vite apparues concernant des dysfonctionnements techniques et des risques d'épilepsie. La sortie du jeu avait ainsi été retardée deux fois cette année et les développeurs contraints d'ajouter des avertissements après qu'une journaliste spécialisée s'était plainte d'avoir connu un accès d'épilepsie à cause du jeu.

Nous allons donc commencer à offrir un remboursement intégral

Sony

Les très nombreux retours négatifs des gamers depuis la sortie officielle du jeu le 10 décembre ont finalement poussé Sony à prendre une mesure très drastique. Le jeu est retiré de la boutique en ligne officielle Playstation Store "jusqu'à nouvel ordre", selon un communiqué de la division Jeux vidéo de Sony. "SIE (Sony Interactive Entertainment) s'efforce d'assurer un haut niveau de satisfaction de ses clients, et nous allons donc commencer à offrir un remboursement intégral" aux joueurs, a précisé le groupe. Un porte-parole de SIE Japon a confirmé à l'AFP que le retrait du jeu et le remboursement des joueurs s'appliquerait "dans le monde entier".

"Ce n'est pas le jeu rêvé qu'on nous vend depuis deux ans"

Benoit "ExServ" Reinier, un testeur influent de la scène française des jeux vidéo, a joué de longues heures à Cyberpunk 2077. Comme d'autres, il a été très déçu par les défauts de cette production et estime que le marketing très agressif du studio polonais CDPR a provoqué une attente trop grande par rapport aux qualités du jeu. "Cyberpunk 2077 n'est pas le RPG rêvé qu'on nous vend depuis deux ans maintenant, le jeu est assez linéaire, l'impact sur l'histoire reste minimal et surtout tous les aspects de narration sont bien en dessous de ce qu'on avait pu voir dans The Witcher 3", nous dit-il.

Tous les aspects de narration sont bien en dessous de ce qu'on avait pu voir dans The Witcher 3

Benoît "ExServ" Reinier

S'il trouve le jeu beau, ce Youtubeur spécialiste des jeux vidéo pointe aussi les nombreux défauts de Cyberpunk 2077. "Le jeu entier semble être une gigantesque cinématique mais en dehors de ces moments, les phases de jeux sont celle qu'on attend d'un jeu similaire, de la conduite, des fusillades, de l'infiltration mais chaque aspect reste assez moyen, notamment à cause de l'IA qui reste très passive et des situations de jeux qui manquent de dynamisme", juge Benoît "ExServ" Reinier.

CD Projekt RED annonce des correctifs

En plus des bugs, d'autres défauts avaient été mis en avant. De nombreux gamers se sont plaints d'une overdose de sexe. On retrouve de nombreux avis identiques sur le forum de jeuxvideo.com, et plus largement sur les réseaux sociaux où des internautes s'interrogent sur la présence un peu partout de sextoys. "C’est complètement abusé de la part de CDPR. Je ne parle pas seulement des gods qui sont omniprésents, je parle du contenu sexuel. Déjà que le jeu est ultra violent, maintenant on assiste à un jeu hyper sexualisé", dit par exemple Damien766 sur le forum jeuxvideo.com.

Les prochaines semaines vont maintenant être capitales pour les créateurs de Cyberpunk 2077. CD Projekt RED avait présenté lundi 14 décembre des excuses, promettant de "résoudre les bugs" via des correctifs annoncés pour janvier et février afin "d'améliorer l'expérience" de jeu, tout en offrant de rembourser les joueurs ne souhaitant pas attendre. Son président, Adam Kicinski, avait évoqué précédemment plus de huit millions de précommandes pour le jeu, le qualifiant de "résultat phénoménal", fonctionnant "très bien sur la plupart des configurations". Pas sûr que les gamers qui ont essuyé les plâtres de cette première version ratée se risquent à y rejouer.

La gueule de bois risque d'être sévère pour CD Projekt RED. The Witcher avait considérablement gonflé la valeur boursière de l'entreprise, lui permettant de disputer avec l'éditeur français Ubisoft la première place des développeurs de jeux européens. Le titre du groupe, coté à la Bourse de Varsovie, a toutefois fortement chuté depuis début décembre sur fond des déboires techniques rencontrés par sa nouvelle création.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.