Jeux ouverts pour les 40e César

Le suspense est entier pour la distribution des César vendredi soir au théâtre du Châtelet à Paris. Aucun film ne s’impose comme grand favori. Plusieurs productions et comédiens peuvent prétendre aux récompenses.

(Du suspense ce vendredi soir pour les 40e Cesar du cinéma © MaxPPP)

Les jeux sont ouverts pour la cérémonie des César. Certaines années, un grand favori s’impose parmi les films. L’évidence ne sera pas de mise ce vendredi soir. Plusieurs affiches peuvent prétendre aux récompenses les plus convoitées, comme Saint Laurent , Les combattants , La famille Bélier ou Timbuktu .

Une embellie partagée

En 2014, c'est bien le cinéma français qui a tiré la fréquentation vers le haut. A travers la compétition, la profession semble avoir choisi de mettre en lumière la diversité des films qui ont participé à cette embellie. Elle n'aurait pu exister sans de gros succès publics représentés notamment par La famille Bélier et ses ((déjà) six millions d'entrées. Le film d’Eric Lartigau est nommé six fois. La fréquentation des salles a profité aussi de la diversité des genres. Dans le registre de la comédie, il y a la déclinaison familiale avec La famille Bélier mais aussi la version sociale et médicale avec Hippocrate , nommé sept fois. La version décalée est aussi représentée avec le jeune couple en mode survie du film Les Combattants  nommé neuf fois. 

Un renouvellement des générations

Il est incarné en l'occurrence par le réalisateur des Combattants,  Thomas Cailley. A 34 ans, il fait autant figure de favori qu'un auteur reconnu comme Bertrand Bonello avec son Saint Laurent tourmenté, nommé dix fois. Mais, finalement, cette embellie placée sous le signe de la diversité, le cœur des votants penchera peut être vers celui qui sans doute l'incarne le mieux : Timbuktu . Financée par la France, tournée en Afrique, l'élégante réponse d'Abderrahmane Sissako à tous les obscurantismes rassemble encore dans les salles. Et c'est elle qui pourrait bien aussi ce soir mettre tout le monde d'accord.

Invité de France Info ce vendredi, le réalisateur a parlé d'un film "contre l'obscurantisme ". 

"C’est un film contre l’obscurantisme parce que c’est une marche en arrière. L’humanité doit avancer parce qu’il y a tellement de combats à mener."

Deux acteurs pour un costume

Si les pronostics sur le palmarès des films sont ouverts, le suspense est de mise aussi pour les récompenses attribuées aux comédiens. Pour la première fois, deux jeunes acteurs sont nommés pour un même rôle, celui d'Yves Saint Laurent. Gaspar Ulliel l'a interprété dans le film de Bertrand Bonello et Pierre Niney dans celui de Jalil Lespert. Pierre Niney ne vit pas cette situation comme une guerre des rôles.

"Les deux films ont eu des succès différents et ce sont deux films différents. Cette différence est assez saine parce qu’elle représente le cinéma français. Il y a un film qui a fait plus d’entrées et il y a un film qui a été mieux accueilli par les festivals, la presse." 

"Tout le monde a sa place" : Pierre Niney, nommé pour son rôle dans Yves Saint Laurent.
--'--
--'--

Sept noms pour le "meilleur acteur"

Les deux Saint Laurent sont en compétition avec cinq autres comédiens pour le César du meilleur acteur. Niel Arestrup, François Damiens, Romain Duris et Vincent Lacoste complètent la liste en compagnie de Guillaume Canet, heureux d'être nommé pour l'un des rôles les plus marquants de sa carrière. Il joue le tueur de l'Oise, dans le film de Cédric Anger, La prochaine fois je viserai le cœur .

"C’est un personnage que j’avais très envie de faire. On s’est battu pour faire le film puisqu’on n’arrivait pas à le monter financièrement. On a un peu galéré et que je puisse jouer ce personnage très complexe et qui m’excitait beaucoup, c’était très important pour moi."

Dans ce rôle, "émotion, douleur, colère" : Guillaume Canet, nommé pour la catégorie du meilleur acteur
--'--
--'--

La cérémonie des César ce soir au théâtre du Châtelet à partir de 21h est à vivre sur France Info et sur France Info.fr.