Jack Lang, bientôt à la tête de l'Institut du monde arabe ?

Le nom de l'ancien ministre de la Culture a été proposé par les autorités françaises. 

L\'ancien ministre de la Culture, Jack Lang, lors de la campagne pour les législatives, le 13 juin 2013 à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). 
L'ancien ministre de la Culture, Jack Lang, lors de la campagne pour les législatives, le 13 juin 2013 à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges).  (EMILE POL / SIPA)

Il est en bonne voie pour succéder à Renaud Muselier et Bruno Levallois. L'ancien ministre socialiste de la Culture Jack Lang, 73 ans, a été proposé par les autorités françaises à leurs partenaires des pays arabes pour diriger l'Institut du monde arabe (IMA), basé à Paris. C'est ce qu'a annoncé mardi 8 janvier le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot.

Avec cette proposition, le gouvernement français supprime la double présidence de l'IMA, critiquée dans un récent rapport de la Cour des comptes. Très rapidement après son arrivée au Quai d'Orsay, le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, avait déjà fait part de son intention de réformer la gouvernance de l'établissement.

La candidature de Jack Lang doit toutefois encore être entérinée par les 22 pays arabes membres du Conseil d'administration de l'IMA. Le nom de l'ancien ministre n'avait pas été le seul à être cité pour ce poste. Ségolène Royal, ex-candidate à la présidence de la République, avait elle aussi été évoquée. Mais elle avait fait savoir qu'elle n'était pas intéressée par ce poste.