Intermittents du spectacle : ce que contient l'accord

Après dix heures de négociations, un accord entre les intermittents du spectacle et leurs employeurs a été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi 28 avril.

FRANCE 2

Le mouvement de protestation des intermittents du spectacle pourrait toucher à sa fin. En effet, un accord entre les intermittents et leurs employeurs a été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi 28 avril. Jeudi matin, l'occupation des théâtres se poursuit, mais la CGT se dit satisfaite. "C'est un accord équilibré (...) On a obtenu des choses que l'on demandait depuis 13 ans", réagit Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT spectacle. Si l'accord entre en vigueur, davantage d'intermittents seront indemnisés. Mais les plus hauts revenus parmi les artistes et techniciens recevront quant à eux moins d'allocations.

Un accord suffisant ?

Les employeurs devront eux aussi faire des efforts. Les cotisations patronales augmenteront en effet de 1%. Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre de l'Odéon, occupé depuis dimanche 24 avril, se dit satisfait par cette mesure : "Je me félicite de cet accord qui va sauver et préserver le régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle", estime-t-il. Mais cet accord suffira-t-il à combler le déficit du régime des intermittents ? Selon la CGT, les efforts des salariés et du patronat permettront d'économiser 80 millions d'euros. Une somme très éloignée des 185 millions d'économies demandées par le Medef. Par conséquent, Manuel Valls annonce une enveloppe de 90 millions d'euros. L'accord doit encore être validé par l'assurance chômage. Le Medef, quant à lui, n'a pas fait connaître sa position.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des intermittents au balcon de la Comédie française, à Paris, le 27 avril 2016.
Des intermittents au balcon de la Comédie française, à Paris, le 27 avril 2016. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY / AFP)