"Incohérent", "catastrophique", "désenchantement" : les partis d'opposition unanimes contre la fermeture des lieux culturels

Des écologistes au Rassemblement national, en passant par la gauche et Les Républicains, l'opposition fustige la prolongation de la fermeture des lieux culturels.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La salle de l'Olympia à Paris, vide en mai 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)

La gauche, les écologistes, Les Républicains et le Rassemblement national ont tous vivement critiqué vendredi 11 septembre le choix de l'exécutif de ne pas rouvrir les salles de spectacle, les musées et les cinémas le15 décembre, tandis que le gouvernement se défend de "tuer la culture".

Roselyne Bachelot "lucide"

"J'entends le désarroi des artistes" mais "nous ne tuons pas la culture, nous soutenons la culture (...), on va continuer à les aider à survivre", a assuré sur LCI le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal en faisant valoir le soutien financier apporté par l'Etat.

Il a aussi nié toute dissension avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, dont l'absence lors de la conférence hebdomadaire du gouvernement sur la situation sanitaire jeudi a été remarquée: "Elle est lucide sur le fait que (...) rouvrir tout trop vite serait prendre le risque de devoir reconfiner dans quelques semaines ou quelques mois".

Et alors que certains dénoncent une inégalité de traitement entre lieux de culture et lieux de culte, qui ont rouvert, sous de strictes conditions, Gabriel Attal a rappelé qu'"il y avait eu une injonction du Conseil d'Etat" enjoignant le gouvernement à respecter "le principe constitutionnel de liberté d'exercer son culte".

"Indigne et catastrophique"

Mais pour l'eurodéputé EELV et candidat à la candidature à la présidentielle Yannick Jadot, "le traitement de la culture est indigne et catastrophique, tant sur les décisions de fermeture que sur le mépris affiché", a-t-il dénoncé sur Twitter.

"Noël, oui ! Nouvel an, non ! Consommer, oui!  S'évader, se cultiver au musée, au cinéma ou au théâtre, non ! Ce virus capricieux a décidément des choix très prononcés. Au moins aussi cohérents que ceux du gouvernement !", a pour sa part ironisé le numéro deux de LFI Adrien Quatennens.

"Désenchantement et donc maladie" 

L'ex-ministre socialiste Ségolène Royal a fait valoir qu'"une Nation sans culture qui désespère les artistes produit du désenchantement et donc de la maladie (...) L'émotion culturelle est bonne pour les défenses immunitaires !"

A l'extrême droite, le numéro deux du RN Jordan Bardella a pointé sur Europe 1 "un problème de cohérence", s'interrogeant sur la possibilité de "s'amasser aux heures de pointe dans le métro et qu'on ne puisse pas avec un masque, une séparation d'un siège sur deux, aller au cinéma ou au théâtre".

A droite, le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau a dit sa "solidarité avec les acteurs culturels réduits au silence", tandis que celui des députés Damien Abad concentrait ses critiques sur les déclarations du ministre de la Santé Olivier Véran pour qui les tests avant Noël "ne sont pas un totem d'immunité".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.