Le restaurant danois Noma sacré pour la 4e fois "meilleur restaurant du monde"

La récompense est décernée chaque année selon les votes de 900 experts. A ce petit jeu, la victoire revient de nouveau au chef René Redzepi, lundi 28 avril. 

Rene Redzepi, chef et copropriétaire du Noma, le 25 octobre 2012 à Copenhague (Danemark).ab
Rene Redzepi, chef et copropriétaire du Noma, le 25 octobre 2012 à Copenhague (Danemark).ab (FABIAN BIMMER / REUTERS)

Le Noma a été désigné comme le meilleur restaurant du monde pour la quatrième fois. L'établissement de Copenhague (Danemark) a de nouveau séduit le jury de la revue britannique Restaurant, lundi 28 avril, qui distingue chaque année les 50 meilleures tables de la planète (en anglais). Le podium est complété par le restaurant espagnol El Celler et le restaurant italien Osteria Francescana. La cérémonie s'est déroulée sous les lustres du Guildhall, l'ancien hôtel de ville de la City londonienne.

Un règne (presque) sans partage depuis 2010

A l'annonce du résultat, René Redzepi, 36 ans, chef et copropriétaire du Noma, s'est tourné vers ses collègues : "Combien d'entre vous s'y attendaient ?" Puis il a tenté de lire une lettre écrite en 2010 avant d'abandonner, signale le site du concours. "Merci de croire en nous, vous nous avez fait confiance. Je suis tellement heureux après tous les efforts que nous avons faits. Ce n'est pas la ligne d'arrivée, nous avons encore beaucoup de découvertes à faire", a déclaré l'ambassadeur de la "cuisine nordique"

Depuis 2010, année de sa première victoire, seul le restaurant espagnol El Celler de Can Roca est parvenu à le détrôner en 2013. Il faut dire que cette année-là, soixante-trois clients du Noma étaient tombés malade à cause d'une intoxication alimentaire. La récompense est décernée selon les votes de 900 experts, des chefs, critiques culinaires ou simples gastronomes qui votent chacun pour sept restaurants, dont au moins trois à l'étranger, avant de les classer par ordre de préférence.

Aucun Français dans les dix premiers

Cette année, aucune table française ne figure dans les dix premières. Le restaurant Mirazur à Menton (Alpes-Maritimes) se hisse à la 11e place, L'Arpège d'Alain Passard à Paris descend à la 25e, "Le Chateaubriand" se classe 27e, L'Atelier Saint-Germain de Joël Robuchon est 31e et L'Astrance du chef Pascal Barbot, termine 38e.

Lire l'intégralité du classement

En France, certains critiquent le classement. Un chef étoilé interrogé par l'AFP le qualifie de "loufoque" et a refusé de faire partie du jury. "Je leur ai dit que leur truc, c'était du pipeau". Selon lui, le classement aurait dû s'appeler "les 50 trendy plutôt que les 50 best". Des critiques battues en touche par le journaliste Andrea Petrini, responsable en France du "World's 50 best restaurants" : "La France est le seul pays au monde qui se plaint du classement."

Depuis la création de ce classement en 2002, cinq établissements ont été distingués. Le Noma et El Celler, donc, mais aussi le restaurant espagnol El Bulli (2002, 2006 à 2009), le californien The French Laundry (2003 et 2004) et l'établissement britannique Fat Duck (2005).