Cet article date de plus d'un an.

Zaz, Gauvain Sers et Mr. Mat, l'ouverture engagée du Vercors Music Festival

Pour sa 5e édition, le festival accueille aussi Sanseverino, Bertrand Belin, Grand Corps Malade et Ibrahim Maalouf, entre autres.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gauvain Sers à Autrans (Y.Glo / France Télévisions)

En 2018, 17 500 festivaliers avaient répondu à l'appel du Vercors Music Festival. Cette année avec son mélange d'artistes de renom comme Sanseverino, Bertrand Belin, Grand Corps Malade ou Ibrahim Maalouf et une palette de talents régionaux, ses organisateurs espèrent franchir un cap.

Après 10 ans passés à marteler le blues avec son compère australien de Mountain Men Ian Giddey, Mathieu Guillou, alias Mr.Mat, est seul en scène avec sa Gibson et sa voix rauque "en mode troubadour à la Woody Guthrie". Il captive le public avec sa reprise en français de I'll fly away une chanson écrite en 1929 par Albert E. Brumley et devenue un hymne à la liberté repris notamment par Johnny Cash.

Une envie d'alerter et d'agir

Gauvain Sers revient sur le plateau du Vercors deux ans après un premier passage. Depuis, le Creusois a changé de dimension notamment avec son deuxième album Les Oubliés sorti fin mars et dont la chanson éponyme est aussi devenu un hymne. Il ne pensait pas avoir autant de succès avec cette chanson qui parle des difficultés du monde rural :

Je trouve ça triste de devoir écrire cette chanson mais cette semaine on a annoncé la fermeture de 400 écoles à la rentrée. C'est donc important de continuer à chanter "Les Oubliés" et de la chanter de plus en plus fort

Gauvain Sers

Zaz est venue à Vercors Music Festival avec son 4e album Effet miroir sorti fin 2018. Zaz, une artiste elle aussi engagée auprès de plusieurs ONG : "Il y a beaucoup de compréhension des valeurs que j'exprime dans les chansons. Il y a une envie de faire des choses et de ne plus attendre."

Vercors Music Festival

Jusqu'au 7 juillet 2019 à Autrans (Isère)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.